Bears of Legend: Une présence sur scène remarquée à l’étranger

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 22 novembre 2016
Temps de lecture :

Malgré ce succès obtenu en Europe, les membres de Bears of Legend entendent rester fidèles au marché québécois qui lui offre un soutien indéfectible depuis ses débuts.

Sept-Îles – Au cours des derniers mois, la formation Bears of Legend a effectué plusieurs séjours en Europe où un intérêt grandissant se fait sentir à son endroit. Des efforts promotionnels qui ont visiblement porté fruit. Une situation attribuable à l’énergie de ces membres sur scène et à la qualité de son répertoire musical.    

Visiblement heureux d’avoir l’opportunité de voyager autant grâce à la musique, le chanteur de Bears of Legend, David Lavergne préfère ne rien prendre pour acquis en ce moment. «C’est un immense privilège. Jusqu’à maintenant, on a fait plusieurs festivals en France et en Belgique. La réception est très bonne. L’intérêt est grandissant. On a tout de même l’impression de faire un certain retour aux sources. On se sent comme à nos débuts où tout était à construire», avance-t-il.

En Europe, la formation québécoise se voit apposer l’étiquette musique du monde. Un élément qui n’en demeure pas moins assez surprenant en raison de son répertoire musical à saveur folk. «Ça nous amuse un peu, mais ce n’est pas nuisible. Il faut reconnaître qu’y a sûrement un petit côté exotique dans notre musique pour les Européens, soulève-t-il. Ça va de soi puisqu’on s’inspire, avant tout, de ce qui nous entoure.»

De nombreux compromis

Jusqu’à maintenant, la cohabitation des sept membres ne s’est pas toujours fait de manière harmonieuse, même si cela constitue l’une de ces plus grandes forces sur scène. «Je ne peux pas te dire le contraire. Ça aurait été plus ou moins crédible. Dans un groupe, il y a toujours des moments où il y a certaines tensions, indique-t-il. Dans notre cas, on a sept situations familiales à prendre en considération. On n’a pas tous les mêmes aspirations.»

Pour en arriver à rendre ça plus harmonieux, des discussions informelles s’imposent entre ces membres afin de remettre le tout sur des bases plus solides. «Malgré tous ces creux, on arrive à conserver une très belle chimie ensemble. Lors de la création de notre deuxième album, on a voulu faire les choses trop rapidement. On sait maintenant qu’il faudra prendre davantage son temps. Je me souviens m’être approché d’un état de burnout professionnel, confie-t-il. C’était beaucoup trop intense. On ne va surtout pas répéter les mêmes erreurs.»

Un nouvel album en préparation

C’est ce qui explique que la formation entend se faire peu visible au Québec en 2017 pour concentrer ces efforts uniquement sur la création d’un troisième album. «Pour l’instant, on n’en est seulement qu’à l’état embryonnaire. On s’échange des histoires pour en dégager des thèmes. C’est notre premier axe d’écriture. On ne veut pas seulement divertir. On veut aussi faire réfléchir les gens. On veut qu’il y ait là une certaine profondeur», affirme-t-il.

Bears of Legend se produira sur la Côte-Nord à quatre reprises, dont le 22 novembre à la Shed-à-Morue de Havre-Saint-Pierre, le 23 novembre à la Salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles et le 24 novembre au Café-théâtre Graffiti de Port-Cartier.

Partager cet article