Théâtre musical du Masque d’Or: Le Magicien d’Oz revisité

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 15 novembre 2016
Temps de lecture :

Le directeur artistique du théâtre musical du Masque d’Or, Michel Pelletier, espère que la population sera nombreuse à plonger dans l’univers fantaisiste et coloré du Magicien d’Oz.

Encore une fois cette année, la troupe du théâtre musical du Masque d’Or s’attaque à un grand classique, Le Magicien d’Oz. Une production qui met en scène plus d’une vingtaine de comédiens locaux. Quatre représentations seront présentées les 20 et 26 novembre à 14h, ainsi que les 22 et 24 novembre à 19h30 à l’auditorium Louis-Jean Cormier de l’école Manikoutai.

Directeur artistique du théâtre musical du Masque d’Or, Michel Pelletier songeait à revisiter ce classique depuis deux ans. «Je devais le faire l’an dernier. On voulait les mêmes chansons que le film. Les droits demandés étaient exorbitants. On ne pouvait pas se permettre une telle dépense, indique-t-il. On a réussi à en trouver une version à moindre coût. C’est davantage fidèle à l’originale. Les gens reconnaîtront cet univers qu’ils ont tant apprécié.»

Un travail colossal a été nécessaire pour en arriver à sa présentation à l’auditorium Louis-Jean Cormier de l’école Manikoutai. «Même si nous ne sommes plus à la salle Jean-Marc-Dion, je vous assure que les gens n’y verront que très peu de différence, soutient-il. Le son et l’éclairage sont de qualité. Pour ce faire, on a loué de l’équipement à l’extérieur. Le décor est composé, entre autres, de grandes toiles peintes. C’est une version assez similaire à celle des spectacles de Broadway en tournée. Je suis très fier du travail accompli.»

Une histoire intemporelle

Un univers coloré qui continue de marquer l’imaginaire, même encore aujourd’hui. «Dès l’âge de 4 ans, j’ai été marqué par cette histoire. Ç’a été le premier film que j’ai vu en noir et blanc. Ce sont des souvenirs qui sont reliés à ma tante Mariette, confie-t-il. C’est une histoire riche. Quand on analyse son texte, il y a une très belle lueur d’espoir. Ça rejoint beaucoup de gens et ça demeure toujours d’actualité.»

Pour la première fois de son histoire, la troupe a eu recours au service d’un acteur canin. «Il a été spécialement dressé par sa propriétaire pour tenir ce rôle. Il sait à quel moment il doit entrer et sortir de scène, souligne M. Pelletier. Il est dans la plupart des scènes, à l’exception de deux. On doit travailler avec lui quinze minutes avant le spectacle pour le calmer avant la représentation. Je vous assure qu’on a bien du plaisir avec lui.»

Non reconnu à sa juste valeur

Loin de chercher à se plaindre, Michel Pelletier s’explique difficilement le peu d’intérêt porté par certaines personnes à l’égard du théâtre musical. «C’est pourtant un mode d’expression artistique qui allie le chant, le théâtre et la danse. Il ne faut pas oublier que la présentation d’un tel spectacle nécessite la confection ou l’achat de plus d’une centaine de costumes pour habiller les comédiens qui en composent l’une ou l’autre de ces deux distributions. Tout ça mérite d’être pris en considération par les gens», explique-t-il.

Les personnes désirant se procurer des billets pour assister à une représentation sont invitées à se présenter à la Librairie Côte-Nord ou à la boutique Pot-Pourri de Place de Ville. Leur coût de vente est de 25$ pour les adultes et de 15$ pour les 21 ans et moins.

Partager cet article