Michel Louvain: Un indéfectible amour du public

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 15 septembre 2016
Temps de lecture :

Toujours aussi populaire qu’à ses débuts, Michel Louvain s’amène sur la Côte-Nord pour offrir quelques représentations de son spectacle «60 ans avec vous» qui célèbre ses 60 ans de carrière.  Un parcours musical durant lequel l’artiste a chanté l’amour sous toutes ses formes à un public qui ne cesse de s’agrandir année après année.

Sans aucune hésitation, Michel Louvain attribue la longévité de sa carrière artistique à la fidélité du public qui n’a cessé de réitérer sa confiance à son endroit à de maintes reprises. «Ce sont eux qui décident si on a notre place ou non dans ce milieu. Ils sont toujours là pour moi et c’est flatteur. Un nouveau public se joint à celui que j’ai déjà, constate-t-il. Je vois constamment de nouveaux visages à mes spectacles.»

Une énergie contagieuse

Une énergie sur scène qu’il considère, avant tout, comme le fruit d’un bagage génétique, même s’il adopte un mode de vie actif. «C’est dans mes gênes. Je me garde constamment actif. Je déteste rester assis à la maison et ne rien faire. J’aime bien sortir et prendre des marches. Je vis un jour à la fois», ajoute celui qui a fait ses débuts dans les cabarets pour ensuite se tourner vers les grandes salles au début de la quarantaine.

Figurant parmi les artistes populaires, il n’est pas confronté à cette crise que vit actuellement le milieu musical. Une situation pourtant vécue par plusieurs de ces pairs. «Je me compte chanceux que mes salles soient toujours aussi pleines. Je ne tiens rien pour acquis. J’ai vraiment hâte de monter à nouveau sur scène. J’avais laissé cela de côté pendant deux mois. Le stress est toujours là, aussi surprenant que ça puisse paraître. Il y a aussi là-dedans un beau mélange d’excitation.»

Encore aujourd’hui, il accepte difficilement d’être considéré «quétaine» aux yeux de certains, en raison de son répertoire composé majoritairement de chansons d’amour. «Je n’aime pas ce mot. Ça renvoie aussi au public qui nous suit. Je trouve ça très irrespectueux à leur endroit, déplore-t-il. On devrait s’arrêter à mieux comprendre ce terme. Le public est toujours derrière moi. Ceux qui ont longtemps ri de moi me serrent aujourd’hui la main et ils me demandent de collaborer avec eux.»

Une routine approuvée

Lorsqu’il est en spectacle, l’interprète fait preuve d’un agréable désir de perfection qui n’agace en rien les gens qui l’entourent. «Je vois à tout. Je reste dans ma loge avant les spectacles et je pense. Je me mets à l’arrière-scène, 15 minutes avant le spectacle, pour entendre les gens entrer dans la salle, confie-t-elle. Je les observe aussi. J’aime ça. Ça ne m’ajoute aucun stress. C’est un rituel avec lequel je me sens très bien.»

Sur scène, il interprètera plusieurs chansons de son plus récent album «Gentleman Crooner». «Les gens me disent que ces chansons leur rappellent de bons souvenirs. C’est un tour de chant, dont je suis fier. Tout est bien calculé. J’ai vraiment hâte de reprendre la route. La scène est ma drogue. J’adore être devant un public. Je sais que les gens sont là pour moi et ça n’a pas de prix. Je ressens une immense joie à exercer ce métier. J’espère être encore là dans dix ans», lance-t-il.

Lors de cette tournée, deux arrêts seront effectués par Michel Louvain sur la Côte-Nord soit le 16 septembre au Centre des arts de Baie-Comeau et le 17 septembre à la Salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles.

Partager cet article