Sept-Îles en mots: Première édition satisfaisante

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 12 septembre 2016
Temps de lecture :

Charles Api Bellefleur et Germaine Mestenapéo ont raconté une partie de la légendaire histoire de Tshakapesh, samedi soir à la chapelle du Vieux-Poste de Sept-Îles.

La première édition du festival Sept-Îles en mots s’est conclue dimanche sur une note positive, selon le comité organisateur. Ce nouvel événement culturel mettant en vedette le conte, la chanson et la poésie a attiré près de 200 personnes sur le site du Vieux-Poste de traite de Sept-Îles. Un festival qui reviendra l’an prochain.

L’achalandage «n’a pas cessé d’augmenter» au cours de la fin de semaine, ont remarqué les organisateurs. «À maintes reprises, les spectateurs nous ont fait part de la très grande qualité des prestations offertes par nos conteurs, poètes et artistes musicaux invités», a mentionné Éric Martin, coresponsable du festival.

Le conteur de la Beauce Alexis Roy a été l’un des coups de cœur du public «pour son humour décapent et son jeu physique», entre autres lorsqu’il a fait pratiqué le public à prononcer les «H» aspirés caractéristiques de l’accent beauceron, lors de la soirée de samedi, à l’intérieur de la chapelle. Le Gaspésien Bilbo Cyr a aussi impressionné les visiteurs par la richesse de ses textes et son langage imagé qu’il a servis en slams ou en chansons a capella, dénonçant au passage l’exploitation pétrolière dans sa région.

Charles Api Bellefleur a quant à lui charmé le public par ses contes en langue innue et ses chants traditionnels. La culture innue était d’ailleurs bien représentée tout au long de la fin de semaine. Les participants ont pu apprécier différentes expériences, allant d’un conte inspiré d’une nouvelle de Michel Tremblay à un chant en langue bretonne. Dimanche, la journée était consacrée aux familles avec entre autres la présence de Tante Caroline.

Au petit écran

Vendredi et samedi, le site du festival était aussi le lieu du plateau de tournage pour l’émission «Les Mots Dits Conteurs» qui sera en onde à CogecoTV cet automne. Ces tournages viennent «laisser une trace permanente de l’événement», selon les organisateurs, qui souhaitent renouveler l’expérience à la suite des bons mots des conteurs et du public.

Même si toutes les activités ont été offertes gratuitement pour rendre l’événement le plus accessible possible, le festival s’est conclu sans déficit grâce au financement de l’Entente de développement culturel de la Ville de Sept-Îles, ainsi que les partenaires que sont les députées Lorraine Richard et Marilène Gill, le Pub St-Marc, Mel Traiteur, le Musée régional de la Côte-Nord et CogecoTV Côte-Nord.

Partager cet article