Arbre des rêves: La demande a doublé en cinq ans

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 01 Décembre 2014
Temps de lecture :

Depuis cinq ans, la propriétaire du comptoir Sears de Port-Cartier, Stéphanie Brouillette, organise l’activité-bénéfice Arbre des rêves au profit des enfants défavorisés. Celle-ci espère que la générosité des gens sera au rendez-vous, alors que 94 jeunes souhaitent un rêve. Le double d’il y a cinq ans.

Tout comme d’autres magasins et comptoirs Sears au pays, le commerce de Port-Cartier offre la chance à des jeunes défavorisés de 18 ans et moins de recevoir un cadeau à Noël grâce à l’Arbre des rêves. Les jeunes, sélectionnés par la Maison de la famille, choisissent un cadeau qu’ils souhaitent recevoir parmi les articles offerts dans le catalogue de Noël Sears. Le choix est ensuite inscrit sur une étoile et accroché sur l’arbre. L’identité du jeune est protégée. Seuls le sexe et l’âge sont inscrits sur l’étoile.

Les clients peuvent consulter les étoiles installées dans l’arbre et réaliser le rêve d’un enfant en achetant le cadeau qu’il souhaite recevoir. «On a tous fait ça, quand on était jeune, de consulter le catalogue de Noël et faire une liste des cadeaux qu’on souhaite avoir. La joie de Noël, ça contribue à l’estime de soi des jeunes», a mentionné Stéphanie Brouillette.

Installé dans la boutique de Port-Cartier pour la première fois en 2010, l’Arbre des rêves avait permis à 56 jeunes de recevoir un cadeau à Noël. En 2011, la liste d’enfant a grimpé à 61 enfants, puis 86 l’an dernier et 94 cette année, soit près du double que la première année.

«D’année en année, il y a toujours un petit stress. Il y a tout le temps un doute qui plane qu’on ne pourra pas tous les combler. On sait que c’est possible avec une liste de 56 enfants, mais 94, c’est le double», a affirmé Mme Brouillette. La propriétaire explique qu’il est important que tous les rêves soient comblés afin d’être équitables pour l’ensemble des enfants inscrits sur la liste. «Prenons l’exemple, d’une famille de cinq enfants, où quatre d’entre eux recevraient un cadeau et pas le cinquième», a illustré Mme Brouillette.

Il est également possible de participer à un tirage de trois certificats cadeaux dans des boutiques de Port-Cartier. Les profits de ce tirage serviront à l’achat des cadeaux restant dans l’arbre.

La propriétaire du comptoir Sears de Port-Cartier, Stéphanie Brouillette. (Photo : courtoisie)

Partager cet article