Prolongement de la 138 : Québec résilie l’entente avec la Corporation Pakatan

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) met un terme à l’entente avec la Corporation Pakatan, chargée de gérer les fonds pour le prolongement de la route 138 en Basse-Côte-Nord. Les récentes vérifications effectuées par le MTQ auraient mis en lumière de nombreux faits troublants, notamment en matière de gestion. Québec a également jugé bon d’impliquer l’Unité permanente anticorruption (UPAC) dans le dossier.

Le ministère des Transports du Québec explique que le mandat de la Corporation Pakatan est maintenant résilié de façon permanente. «Le lien de confiance est réellement brisé, le ministère reprend donc la maîtrise d’œuvre du prolongement de la route 138», a fait savoir le porte-parole, Guillaume Paradis. Selon le MTQ, des informations obtenues auraient permis de découvrir plusieurs irrégularités. «On parle de l’utilisation des fonds du projet, du contrôle et la vérification des factures et le non-paiement de certains fournisseurs.»

La Corporation Pakatan assurait la gestion des fonds attribués pour le désenclavement de la Basse-Côte-Nord, évalués à 100 millions $ sur dix ans. Jusqu’à présent, 45,5 millions $ ont été investis, ce qui a permis la construction de 12 kilomètres de route sur deux tronçons, entre Kegaska et La Romaine et Tête-à-la-Baleine et La Tabatière, en plus de travaux d’ingénierie et de déboisement.

Pour le maintien du financement
Le maire de Gros-Mécatina, Randy Jones et l’administratrice de la Côte-Nord du Golf-St-Laurent, Darlene Rowsell Roberts ont uni leurs voix pour réclamer le maintien du financement nécessaire aux travaux de prolongement. «Si la dissolution de la Corporation Pakatan est clairement la bonne chose à faire dans le contexte actuel, cela ne doit pas servir de prétexte au gouvernement pour retirer les sommes qui ont été annoncées», ont-ils revendiqué dans un communiqué.

«La construction de route ne va pas aussi vite que souhaité, mais il est faux d’affirmer que tout ce qui a été fait, ce sont 12 km de route. Il y a beaucoup plus que ça et surtout, les travaux réalisés étaient des prérequis qui permettront d’entamer rapidement d’autres travaux de construction», ont ajouté les élus, qui invitent la députée de Duplessis, Lorraine Richard et le ministre des Transports, Sylvain Gaudreault, à présenter leur plan pour la poursuite des travaux.

Du côté du MTQ, on indique que la résiliation de l’entente n’entraînera pas de retards. «Ça demeure un projet d’importance pour le ministère, a affirmé M. Paradis. Il n’y a pas de travaux en cours actuellement, nous sommes toujours en attente des fonds réservés pour la suite, dans le cadre du développement nordique.»

L’an dernier, le député néo-démocrate de Manicouagan, Jonathan Genest-Jourdain, avait mis en doute la gestion du prolongement de la route 138.

(Photo : courtoisie – ministère des Transports du Québec)