L’Oasis du bel Âge enfin inauguré à Aguanish

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 25 juin 2013
Temps de lecture :

Les résidents en légère perte d’autonomie pourront finalement se reposer en toute quiétude dans leur localité. La semaine dernière, la députée de Duplessis, Lorraine Richard, a inauguré la résidence, en compagnie du maire suppléant de l’endroit, Paul Gallant. Ce projet est évalué à 3,3 millions $.

La Société d’habitation du Québec a investi dans le projet un peu plus de 2,3 millions $. De son côté, la municipalité d’Aguanish a contracté un emprunt bancaire de 819 000$. «Les citoyens rembourseront ce prêt via le paiement de leur taxe municipale», a expliqué Paul Gallant.

La décision politique a été difficile à prendre, mais le besoin était criant. Sur une population d’environ 270 habitants, Aguanish compte 54 personnes âgées de 65 ans et plus. Le coût des rénovations s’élève à 2,1 millions $, selon la présidente de l’Oasis du bel âge, Lorraine Rochette.

Projet de longue haleine
Après une longue saga, l’ancienne auberge «Manoir Belles Plages», a changé de vocation. L’idée d’une maison pour personnes âgées est née en 2004. Les gens de la FADOQ voyaient déjà à l’époque, le besoin. Une première résolution demandant à la députée de Duplessis, Lorraine Richard, avait été votée par le conseil de ville. En 2008, le projet est relancé avec la création du comité provisoire. Ce même comité devient permanent en 2009 et obtient la charte de l’Oasis du bel âge.

Deux scénarios possibles sont alors mis sur la table. L’achat du Manoir Belles Plages et l’acquisition du presbytère avec ajout d’une annexe. Les deux projets n’aboutissent pas : la SHQ voulait quatre studios dans le Manoir; ce qui n’était pas rentable. L’enveloppe budgétaire du gouvernement de l’époque n’était pas suffisante pour effectuer les rénovations du presbytère ; d’autres projets étaient prioritaires, selon Mme Rochette.

Durant ce temps, le propriétaire du Manoir, Jean-Maurice Leblanc devient très motivé à vendre et négocie intensément avec le comité en novembre 2010. En juillet 2011, la SHQ accepte enfin l’idée des chambres. La municipalité a acheté le bâtiment au coût de 550 000$. En 2012, la municipalité cède le bâtiment au comité. Les sommes nécessaires pour concrétiser le projet sont simultanément amassées.

Rester chez soi
La résidence compte dix chambres pouvant recevoir chacune deux personnes à la fois. C’est déjà complet car treize résidents, dont trois couples habitent actuellement les lieux. Il y a présentement quatre personnes sur la liste d’attente. «Plusieurs personnes vivant encore dans leur maison vont se rajouter sur la liste», selon Mme Rochette. Les gens devaient déménager à Havre-Saint-Pierre. «Plusieurs refusaient de le faire et restaient dans leur maison jusqu’à la fin ou presque», a précisé Mme Rochette.

Les soins à domicile que les gens recevaient du CLSC continueront d’être donnés à la résidence. La présidente du conseil d’administration, Lorraine Rochette a engagé du personnel pour la cuisine. Une personne pour l’entretien ménager et une autre pour le poste de coordonnateur devront être embauchées prochainement.
Aide pour les ménages à faible revenu

La résidence a reçu une aide financière additionnelle de plus de 172 000 $ répartie sur cinq ans. Elle est assumée à 90% par la SHQ et à 10% par la municipalité d’Aguanish. Cela permettra aux dix locataires de la résidence de bénéficier du Programme de supplément au loyer. Ainsi, ces ménages à faible revenu paieront un loyer similaire à celui d’une habitation à loyer modique, soit 25% de leur revenu.

PHOTO: L’inauguration de la résidence a eu lieu le 17 juin à Aguanish en compagnie de la députée de Duplessis, Lorraine Richard. (Photo : courtoisie – bureau de la députée)

Texte: Dominique Séguin

Partager cet article