Louis-Jean Cormier: Un spectacle à son image

Louis-Jean Cormier, effectuera plusieurs arrêts sur la Côte-Nord pour présenter les chansons de son premier album solo «Le treizième étage», lancé à l’automne 2012. Accompagné de quatre musiciens, l’auteur-compositeur-interprète se produira le 25 avril à 20h au Centre des congrès de Sept-Îles.

«C’est difficile de mettre le doigt sur un moment précis où j’ai décidé de faire une carrière en solo, car ça s’est fait sur une longue période et de manière progressive. Je suis un créateur de chansons, c’est ce qui me passionne le plus dans ce métier. À la base, j’avais écrit des chansons pour d’autres artistes. Je suis tombé en amour avec ces chansons et j’ai décidé de les intégrer à un album solo», a précisé Louis-Jean Cormier, que le grand public a connu durant plus d’une décennie au sein du groupe Karkwa.

Pour l’écriture de plusieurs chansons de son premier disque solo, le Septilien a eu recours au service de Daniel Beaumont, un auteur ayant écrit certaines chansons pour le duo Tricot Machine, dont son frère Mathieu est membre. «Je voulais quelqu’un pour m’aider à me découvrir et changer mon niveau de langage, confie-t-il. Je voulais me ramener sur le plancher des vaches et m’enraciner. Avant tout, je voulais que ma démarche artistique soit cohérente et que ce répertoire musical me ressemble davantage.»

Un large public
Depuis qu’il effectue sa tournée en solo, Louis-Jean Cormier est surpris de constater qu’un public de tous âges assiste à ses spectacles. «La largeur du public assistant à mes spectacles me surprend, a-t-il lancé. Je suis surpris de constater qu’autant de jeunes connaissent et chantent mes chansons.» Le fait qu’il se déplace parfois dans les écoles pour aller à leur rencontre a sûrement contribué à alimenter cet engouement.

Dans ses activités de promotion, l’auteur-compositeur-interprète reconnaît également l’importance des médias sociaux. «En 2013, si on fait de la chanson et qu’on n’utilise pas les médias sociaux, je crois qu’on est un peu à côté de ses souliers, prétend-il. Aujourd’hui, la promotion se fait beaucoup autour de l’accessibilité de l’artiste. De plus, sur les médias sociaux, on est libre de vendre notre image comme on le veut.»

Au cours des dernières années, Louis-Jean Cormier a multiplié les efforts de promotion, ce qui a contribué à le rendre plus visible du grand public. Entre autres, il s’est fait remarquer grâce à sa participation au projet des «Douze hommes rapaillés» dont il est l’un des piliers et qui met à l’honneur la poésie de Gaston Miron. À cela s’ajoute aussi une récente participation au Gala des Jutras ainsi qu’à la demi-finale de «La Voix», une émission suivie par plus de 2 millions de téléspectateurs.

Un reflet de son parcours
Pour la création de son spectacle, l’auteur-compositeur-interprète avait envie de présenter un spectacle qui lui ressemble vraiment. Ainsi, il adopte la même philosophie que lorsqu’il a travaillé à la réalisation de son premier disque solo. Pour l’occasion, celui-ci sera accompagné de Marc-André Larocque à la batterie, de Guillaume Chartrain à la basse, d’Adèle Trottier-Rivard à la voix et aux percussions ainsi que de Simon Pednault à la guitare électrique.

Lors de ce spectacle qu’il voulait à son image, Louis-Jean Cormier présentera des chansons provenant des divers projets auxquels il a participé jusqu’à maintenant. Ce dernier proposera ainsi des chansons issues de son disque solo, du projet Douze hommes rapaillés, certaines nouveautés. Celui-ci promet aussi d’offrir deux chansons du groupe Karkwa ainsi qu’une qu’il a écrite lors de sa participation à l’émission Les Voix humaines. Cette dernière a pour titre «La pêche aux homards » et porte sur la survie de l’identité du peuple gaspésien.

(Photo : Richard Lam)