Raymond Whittom passe le flambeau à sa fille Andréanne

Par Sylvain Turcotte 8:30 AM - 09 novembre 2022
Temps de lecture :

Raymond Whittom cède les commandes de Sept-Îles Hyundai et Sept-Îles Kia à sa fille Andréanne, qui misera aussi sur deux autres actionnaires. Photo Jason Blanchard

Sept-Îles Hyundai et Sept-Îles Kia changent de main. Une main proche. Raymond Whittom passe le flambeau à sa fille Andréanne, appuyée par deux autres actionnaires.

Il y a déjà six mois que cette passation des pouvoirs se travaillait. Elle est devenue officielle le 1er novembre.

Cette passation à sa fille réjouit Raymond. « Je suis super heureux. C’est le plus cadeau que je pouvais me faire. Ce que je ressens, c’est du positif, tout le monde est content. » La relation de travail entre les deux Whittom a toujours bien été.

Il y a toutefois un bon bout qu’Andréanne baigne, en quelques sortes, dans le milieu de l’automobile. Elle a fait quelques « jobines » du temps de son secondaire.

C’est officiellement en 2016 après ses études à l’Université de Sherbrooke, avec un baccalauréat et une maîtrise en comptabilité en poche et son titre de comptable professionnelle agréée qu’Andréanne a remis les pieds dans les concessions appartenant à son père.

La femme de 32 ans aura été directrice commerciale au début, et à la comptabilité par la suite. Elle est revenue dans le giron en août 2021 après un congé de maternité pour occuper le poste d’adjointe à la direction.

Un heureux hasard

Revenons sur cette récente transaction, qui est un peu le fruit du hasard. Comme les débuts du père d’Andréanne dans le milieu de l’automobile.

C’est que le paternel a reçu un appel de Pierre Couture qui s’était montré à faire l’acquisition des deux concessionnaires. Il connaissait Andréanne. Sa condition : qu’elle reste, sinon il n’aurait pas fait d’offre.

« Il voulait quelqu’un qui connaissait la région », mentionne Raymond. Pierre Couture possède une douzaine de concessions, particulièrement en Beauce, mais aussi deux au Saguenay, en compagnie d’Olivier Blouin, l’autre nouvel actionnaire. La tangente est au groupe chez les concessionnaires.

C’est Andréanne qui mènera à Sept-Îles avec son personnel. « Ils (Pierre et Olivier) sont là pour m’épauler, m’outiller », indique celle qui portera le chapeau d’actionnaire et de directrice générale pour Sept-Îles Hyundai et Sept-Îles Kia.

« Andréanne a beaucoup de ressources, des capacités que je n’avais pas. Je suis jaloux de l’encadrement que je n’ai jamais eu », souligne son père.

Andréanne compte apporter sa couleur. « Je ne chausserai pas ses souliers. Je ne mettrai pas non plus de la pression, on est tous différents. Je vais tracer mon chemin selon qui je suis. »

Le paternel et la fille ont toutefois une vision qui se ressemble. « Andréanne est comme ma copie conforme. »

Elle entend aussi puiser dans son bagage de sportive, elle a qui a joué à la ringuette et au volley (collégial et universitaire). « Dans une équipe, tu te soucies de tout le monde. J’ai ce désir de me surpasser, d’atteindre des objectifs. »

Un retraité serein

L’heure de la retraite a officiellement sonné au début du mois pour Raymond Whittom, après un peu plus de 37 ans dans le milieu de l’automobile à Sept-Îles.

C’est à l’âge de 25 ans, au mois de mars 1985, que l’aventure de Raymond a commencé dans le milieu de l’automobile.

C’est un hasard qui l’a conduit vers ce milieu. John Porlier le connaissait et il l’a approché alors que Raymond était dans les assurances.

M. Whittom est devenu propriétaire de Porlier Automobiles en 2001, en faisant l’acquisition moins de trois ans après le décès de M. Porlier. Sa femme, Francine Banville, décédée depuis, ne voulait pas poursuivre l’aventure. Sept-Îles Kia s’est ajouté en 2005 et Sept-Îles Mitsubishi en 2009 (fermé en mai 2020).

Le nouveau retraité a toujours été animé par les relations interpersonnelles et la proximité avec les gens que lui apportait son travail.

« J’aime le monde, le service à la clientèle. Une passion, oui, mais facilitée par le fait de rendre service au monde, de rencontrer des gens. La vente, ça reste la plus belle job au monde. Je ne serais pas resté assis dans un bureau. « J’ai vécu 37 ans à pine à planche », assure-t-il.

Une page se tourne ainsi, mais d’autres s’ouvriront.

Raymond part la tête tranquille, serein, « plus que je pensais. » Une transition, une retraite qui se travaille depuis six mois. « Je coupe le cordon. Je suis très fier du legs qu’on laisse », mentionne-t-il. Sa conjointe Kim Ladouceur continuera pour quelques semaines au niveau de la comptabilité pour les deux concessionnaires avant qu’elle profite elle aussi de vacances permanentes.

« C’est la fin de quelque chose, le début d’autres choses. » Même s’il a d’autres projets en tête, il ne veut pas en dévoiler sa teneur pour le moment et ce ne serait pas pour tout de suite.

Raymond Whittom veut se donner au moins six mois pour relaxer, « mais je ne resterai pas assis dans mon fauteuil. »

Il compte voyager, jouer davantage au golf et même retrouver ses chums des Gold Timer pour les matchs de hockey le mercredi après-midi, « et m’occuper de mes petits-enfants. »

Parlant d’enfants, Raymond a eu espoir que ses deux filles reprennent le contrôle. Toutefois, Joanie s’est tournée vers un autre domaine après un an et demi pour les concessions du Groupe Whittom. Elle est maintenant aux ressources humaines pour le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Côte-Nord.

Il reste cependant une bonne présence familiale alors que le conjoint d’Andréanne, Pascal Côté fait partie de l’équipe à titre de directeur aux opérations fixes ainsi que Mélanie Miousse, la fille de Kim, comme conseillère aux ventes chez Sept-Îles Hyundai.

Partager cet article