ITUM en élection | Antoine Grégoire veut de la transparence

Par Sylvain Turcotte 1:00 PM - 09 juin 2022
Temps de lecture :

Antoine Grégoire (au centre à l’arrière), aspirant au poste de chef d’ITUM, avec son équipe, Karine Jourdain-Fontaine, Antonio Fontaine, Zacharie Vollant, Denise Jourdain et Johnny Régis. Ils briguent les postes de conseillers/conseillères. Photo courtoisie

Transparence, un mot qui est revenu souvent dans l’entretien avec Antoine « Maniteu » Grégoire, vice-chef à Innu Takuaikan Uashat mak Mani-utenam (ITUM) lors des trois dernières années. Il convoite maintenant le poste de chef. « Le monde est tanné, ça manque de transparence », a-t-il soulevé d’entrée de jeu.

Antoine Grégoire dit en être rendu-là pour son troisième mandat au Conseil de bande, surtout après le manque de transparence observé à ses yeux.

« On ne sait pas ce qui se passe avec l’entente avec IOC. On l’a signé, mais… ». Il déplore aussi le manque d’informations au sujet des dossiers de la 389 et des 200 maisons pour la communauté, du projet Apuiat, de la DPJ…

Le candidat à la chefferie d’ITUM veut ramener la transparence au sein du conseil et qu’il y ait des consultations publiques au niveau du code électoral, de la sécurité publique et de l’enjeu de la drogue.

« On doit savoir où on va », a-t-il dit, sans vouloir nommer de personnes. « Il y a plein de questionnements sans réponses. Je suis vice-chef et on ne me montre rien. Les blancs sont rendus nos boss, ce n’est pas normal. »

M. Grégoire se sent tassé pour plusieurs dossiers et indique qu’il y a un manque de soutien pour les employés d’ITUM. Il soulève de l’ingérence politique.

S’il est élu, il compte dire les vraies affaires à la population de Uashat mak Mani-utenam. « On va s’assoir avec les gens de la communauté pour leur demander leurs préoccupations, quoi améliorer. »

Il aimerait que la place de la langue innue revienne à la communauté et non au secteur de l’éducation. Il soutient que la mentalité innue n’est plus là.

Antoine Grégoire entend aussi poursuivre la collaboration avec la Ville de Sept-Îles. Il a déjà parlé avec le maire Steeve Beaupré au sujet d’une piste cyclable reliant Uashat, Sept-Îles et Maliotenam.

Il souhaite que certaines ententes perdurent, comme c’est le cas pour le Festi GrÎles et qu’il se parle davantage de l’histoire de Uashat mak Mani-utenam.

« Il faut continuer en ce sens. On est en train de préparer un circuit touristique à Maliotenam, de l’écotourisme. On doit travailler sur l’embellissement de Maliotenam, avec des trottoirs, des lampadaires.

Uitshi Atussemakanat

M. Grégoire s’est entouré de gens aspirants aux postes de conseillers en vue de l’élection du 18 juin, ceux avec qui il veut travailler, uitshi atussemakanat, « Ce sont des personnes proches des gens, avec les mêmes préoccupations que moi, que j’ai choisi pour leurs compétences, leurs valeurs. »

Le candidat au poste de chef veut aller à la rencontre des gens, les écouter.

« Je ne suis pas là pour moi, mais pour eux autres. Je suis un gars de défi et je veux préparer la relève », assure-t-il en conclusion.

Partager cet article