Un cancer la jette à la rue à 58 ans

Par Marie-Eve Poulin 6:00 AM - 09 juin 2022
Temps de lecture :

La dame de 58 ans ne s’attendait pas à vivre cette situation. Du jour au lendemain, sa vie a basculé. Photo Pixabay

Dormir dans sa voiture ou sur le divan des autres, c’est ce qu’une dame de Sept-Îles vit depuis le 1er mai 2022.

France (nom fictif) raconte avoir dû quitter son loyer suite à un arrêt de travail. Ayant dû subir une opération suite à un cancer, elle bénéficie de l’aide sociale en attendant d’être en mesure de reprendre le poste qu’elle occupait avant la maladie et de retrouver une vie normale. 

Le logement qu’elle habitait depuis cinq ans est devenu au-dessus de ses moyens.

Sa demande pour un loyer à prix modique a été déposée et acceptée, mais on lui explique que son nom est loin sur la liste. Elle devra attendre environ entre une et deux années pour avoir un logement. 

Comme France vit seule, elle ne peut avoir un quatre et demi, seulement un trois et demi. Même si des loyers plus grands sont disponibles, elle devra attendre qu’un loyer pour personne seule se libère. La situation est des plus frustrante pour la dame qui doit habiter ici et là, sachant que des logements à prix modiques sont disponibles mais que pour des raisons bureaucratiques on lui refuse la location.

« Ce qui m’a le plus insulté, c’est quand j’ai dit à la dame au bureau de la députée qu’il y avait des logements de l’OMH de disponibles et qu’elle m’a répondu comme si elle n’était pas au courant », dit-elle avec émotion.

La dame a fait des démarches auprès du bureau de la députée Lorraine Richard, mais des séquelles de son opération limitent les possibilités qui lui sont proposées. 

« Elle m’a dit d’aller à l’Âtre, ou à la maison des femmes. Mais ma condition médicale m’empêche d’y aller », explique-t-elle. 

La dame se sent complètement abandonnée par le système et le gouvernement. Elle est épuisée et cette fatigue vient aggraver son état de santé. 

« C’est tellement injuste de vivre ça surtout qu’il y a des logements disponibles », dit-elle. 

Partager cet article