Les chauffeurs d’autobus suspendent leur droit de grève

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 23 janvier 2015
Temps de lecture :

Le Syndicat des Métallos, qui représente la trentaine de chauffeurs d’autobus scolaire de Sept-Îles, a suspendu son droit de grève après s’être entendu sur une entente de principe avec l’employeur, vendredi. Il y aura donc transport scolaire lundi.

Une rencontre entre le syndicat, les Autobus du Fer et le conciliateur du ministère du Travail a eu lieu ce matin. Selon le représentant syndical des Métallos, Gilles Ayotte, la proposition du médiateur du gouvernement «satisfait l’employeur au même titre que le syndicat». Le droit de grève, qui avait été votée par les syndiqués en décembre, a été suspendu. La trentaine de chauffeurs se réuniront lundi pour voter sur la nouvelle proposition. «Nous ça rencontrait nos objectifs. On va proposer à nos membres d’accepter la proposition», a expliqué M. Ayotte. Il n’est pas possible pour l’instant de savoir en quoi consiste cette nouvelle offre, car elle sera soumise aux membres lundi.

Plus tôt cette semaine, le président de la commission scolaire du Fer, Rodrigue Vigneault, affirmait qu’il avait «bon espoir» que les deux parties en viennent à une entente. Il expliquait que la commission scolaire «est répercuté par la bande» par ce conflit puisque le litige opposait les chauffeurs à l’entreprise Autobus du Fer, qui a pour client la commission scolaire. On évite donc des complications pour les parents des 2000 jeunes qui utilisent le transport scolaire à Sept-Îles. Ces derniers auraient eu la responsabilité du transport en cas de grève.

Il y a deux semaines, M. Ayotte dénonçait le fait que les chauffeurs d’autobus n’ont eu droit qu’à une augmentation de 20 cents par année depuis cinq ans. À ce moment, les employés n’avaient pas reçu de contre-offre de l’employeur un mois après leur vote de grève.

(Photo Le Nord-Côtier)

Partager cet article