Des travaux d’embellissement à la résidence Gustave-Gauvreau

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 03 septembre 2014
Temps de lecture :

Initié par l’Atelier de la 8e île et le Carrefour jeunesse-emploi de Duplessis, des objets décoratifs ont été créés par des participants du programme Jeunes en action et installés dans la salle commune du 1er étage de la Résidence Gustave-Gauvreau du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Sept-Îles. Une belle initiative qui vient égayer le milieu de vie de ses résidents.

Lors de la cérémonie d’inauguration, la directrice générale du Carrefour jeunesse-emploi de Duplessis, Marie-Claude Gauthier était visiblement heureuse de constater le fruit du travail effectué par les jeunes et l’artiste multidisciplinaire, Johanne Roussy. «On travaille sur ce projet depuis quelque temps. On a trouvé l’idée de Johanne superbe. Elle a travaillé fort pour la réalisation de ce projet. Elle l’a tenu à bout de bras», souligne-t-elle.

Dans son mandat, le Carrefour jeunesse-emploi espère fournir aux jeunes des outils qui leur seront utiles pour leur intégration en emploi. «On a vu ici un beau moyen de donner au suivant. C’est un beau mariage intergénérationnel. On ne pouvait demander mieux. Les jeunes ont fait de l’excellent travail, enchaîne Mme Gauthier. Un immense merci à tous les commanditaires qui ont permis la réalisation de ce beau projet.»

Un moyen de transfert des compétences
Fille d’un père qui s’est longtemps impliqué dans ce foyer d’hébergement et d’une mère souffrant d’Alzheimer qui y séjourne, Johanne Roussy avait un souci important quant à sa qualité de vie. Par la réalisation de ces œuvres décoratives, elle voulait trouver un moyen original de transmettre un héritage à ses parents qui ont su leur fournir une solide éducation et de bonnes valeurs.

«Quand je suis venue porter ma mère ici, je trouvais que ça manquait de décoration. Je me suis donc mise à la recherche de fonds à l’automne 2013 pour la réalisation d’un tel projet», précise-t-elle.

Par la création de l’Atelier de la 8e île, situé sur l’ancienne base de villégiature à Moisie, l’artiste multidisciplinaire avait envie de transmettre ses compétences manuelles à des gens de tous âges. Un élément au cœur de ses lettres patentes.

«Dans tous les projets que j’ai entrepris, j’ai toujours cherché à m’associer à un regroupement. J’ai toujours voulu que mon travail puisse profiter à plusieurs. Ce projet n’y fait pas exception, souligne-t-elle.

On a visiblement réussi à créer un environnement stimulant et chaleureux qui profitera autant aux résidents, qu’à leurs proches ou leurs employés.»

(Photo : Le Nord-Côtier)

Partager cet article