Douze hommes en colère: Lorsque les apparences sont trompeuses

Par Éditions Nordiques 4 décembre 2013
Temps de lecture :

Le succès remporté par la pièce «12 hommes en colère» de Reginald Rose, présenté le 3 décembre à 20h au Centre des arts de Baie-Comeau et le 4 décembre à 20h à la Salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles est incontestable. Ayant fait l’objet de plus de 235 représentations jusqu’à maintenant, ce suspense judiciaire arrive définitivement à rejoindre un public de tous âges, en plus de compter sur une imposante distribution.

Pour ceux qui l’ignorent encore, l’action de «12 hommes en colère» se déroule dans une salle de délibération, alors qu’un jury doit décider du sort d’un jeune adulte de 18 ans accusé d’avoir tué son père. Même si toutes les preuves réunies contre lui sont accablantes et que le verdict semble inévitable, un membre du jury a des doutes et décide d’aller au-delà des apparences.

Les douze membres de ce jury sont interprétés par des comédiens chevronnés soit Sylvio Archambault, Jacques Baril, Yves Bélanger, Vincent Bilodeau, Jean-François Boudreau, Olivier Courtois, Edgar Fruitier, Jean-Bernard Hébert, Dany Michaud, Jean-Marie Moncelet, Stéfan Perreault et Marcel Pomerlo. Chacun d’entre eux interprétant des personnages aux caractéristiques différentes.

«C’est un suspense judiciaire très actuel. Le public peut facilement se reconnaître dans l’un ou l’autre des personnages. C’est un portrait assez juste de la société, un microcosme. On y voit ce qu’il y a de plus beau, mais aussi ce qu’il y a de plus laid. On y retrouve beaucoup de rapport de force. On s’intéresse à la notion de doute raisonnable. Cette pièce parle à tous différemment», a déclaré Jean-Bernard Hébert qui en est l’un des comédiens, mais aussi le producteur.

Depuis 2004, Jean-Bernard Hébert est le propriétaire du Théâtre de Rougemont, en plus d’avoir dirigé le Théâtre du Vieux-Terrebonne durant 15 ans. En tant que producteur, il s’est donné pour mandat de faire circuler un théâtre dit populaire. Parmi les productions présentées jusqu’à maintenant, on retrouve «12 hommes en colère» de Reginald Rose, «La boutique au coin de la rue» de Miklos Laszlo, «Piège pour un homme seul» de Robert Thomas et «Un simple soldat» de Marcel Dubé. Cet hiver, il est également derrière la présentation de la pièce de théâtre «Cher menteur», à l’affiche à Baie-Comeau et à Sept-Îles.

(Photo : Mathieu Rivard)

Partager cet article