Valérie Clio et Randall Spear: Lorsque deux univers se rencontrent

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 06 novembre 2013
Temps de lecture :

Deux complices de longue date, Valérie Clio et Randall Spear, s’amèneront sur la Côte-Nord pour présenter au public leurs univers musicaux respectifs, le 7 novembre à 20h au Café-théâtre Graffiti et le 8 novembre à 20h à la salle l’Ancre d’or de Havre-Saint-Pierre. Un spectacle intimiste qui mettra à l’honneur divers styles musicaux tels que le blues, le folk et le soul.

Depuis 2006, Randall Spear fait de plus en plus ses marques dans le milieu musical québécois. On sollicite davantage ses services comme auteur-compositeur-interprète. «Je me demande toujours pourquoi je fais ce métier. Même quand je veux arrêter, je continue à le faire, admet-il. Je me considère chanceux qu’on croit autant en moi et qu’on m’offre l’opportunité de réaliser des disques. Ce sont là d’heureux accidents.»

À la mi-novembre, l’auteur-compositeur-interprète s’apprête à lancer un nouvel album «These songs are made of woods», un projet qu’il a réalisé en collaboration son ami et musicien, André Lavergne. «Mon partenaire musical et moi avons un grand intérêt pour la musique folk. Nous avons tous les deux étudié la guitare classique. On a toujours eu la mentalité d’en faire plus avec moins», a lancé celui qui a surtout fait ses marques dans la région de Québec où il est également enseignant en anglais au Cégep de Ste-Foy.

«C’est un album intime. On l’écoute du début à la fin. Il transporte un message qui est universel soit la fragilité de l’amour, précise-t-il. On y retrouve là une grande sensibilité. Les deux dernières chansons sont un hommage posthume à Johnny Cash. Je me suis imaginé qu’il allait retrouver dans l’au-delà sa June Carter en cheval. C’est romantique, mais c’est un peu triste.»

On retrouve là aussi un duo avec Sébastien Plante du groupe Les Respectables. Une chanson ayant pour titre «Open sky» qui semble se démarquer du reste de l’album avec des arrangements musicaux plus rétro.

Valérie Clio
Le nom de Valérie Clio est familier du grand public puisque la chanteuse était l’une des participantes et membre de l’équipe d’Ariane Moffatt à l’émission «La Voix» qui a été suivie en moyenne par plus de 2,6 millions de téléspectateurs l’hiver dernier. Lors de ce passage remarqué, plusieurs critiques avaient souligné son très grand dynamisme sur scène et reconnu ses qualités vocales. Son interprétation du classique «J’ai vu» de Niagara n’étant pas passé inaperçue lors de la demi-finale.

«Cette énergie me vient de ma mère qui est mon modèle, mon idole. Quand je suis sur une scène, j’oublie tous mes soucis. Je me sens libre d’être moi-même à travers ma musique», soulève-t-elle. «Lors du spectacle, je vais interpréter des chansons de mon premier disque «My First Blues» qui a été lancé en 2009, certains classiques du blues et du soul ainsi que cinq chansons de mon album «L’autre. Nous» qui sera lancé en mars 2014.»

Nouveau disque
Sur ce nouvel album, Valérie Clio opte exclusivement pour le français, ce qui s’accompagne d’une manière différente de chanter. «Le son est différent. L’instrument vocal se place différemment. Ce disque sera soul et jazz avec des accents de pop. Avec l’expérience, j’arrive mieux à interpréter les chansons, à en faire passer l’émotion. C’est une qualité que j’ai développée en chantant du blues.» Un extrait de la chanson «Monsieur le vendeur» a été mis en ligne sur YouTube pour en donner un aperçu de son contenu musical.

Accompagné de Hubert Tremblay à la guitare, l’interprète s’engage à transporter le public dans un univers très intimiste. Un moment au cours duquel elle s’amusera à mettre les chansons à nu et à échanger avec le public. «Je dois beaucoup à la Ville de Québec. C’est vraiment là que j’ai pu y développer mon talent», affirme celle dont le prochain disque sera réalisé par Guillaume Tondreau qui travaille également avec Karim Ouellet. Une chanteuse dont le maire Régis Labaume a vanté les talents.

Photo: Randall Spear

Partager cet article