Vivre ensemble: Une initiative pour réunir les Blancs et les Autochtones

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 30 octobre 2013
Temps de lecture :

La chanson «Vivre ensemble» est le résultat d’un projet initié par le musicien, Jacques Proulx, dont l’objectif est de mettre l’accent sur les valeurs communes qui unissent les Blancs et les Innus. Une œuvre musicale qui a nécessité la collaboration de plusieurs personnes pour sa concrétisation et qui fait désormais l’objet d’un vidéoclip circulant sur le web.

Ce projet est le résultat d’une longue réflexion entreprise par Jacques Proulx qui a côtoyé au fil des ans plusieurs autochtones. «Ça fait longtemps que j’y pense. Avec la bourse Alouette, j’ai compris qu’il y avait là des sous pour mener à terme ce projet. Je voulais tenter quelque chose pour harmoniser les relations entre les blancs et les Innus. Je les côtoie régulièrement et nos rapports ont toujours été cordiaux. Je me sentais donc redevable envers eux.»

Pour l’écriture de «Vivre ensemble», le musicien s’est associé à Céline Lefebvre qu’il a connu grâce à La Chansonnerie qui se veut un rassemblement d’auteurs actif à Sept-Îles. «Quand Jacques m’a approchée, j’ai rapidement senti que je me devais de mettre l’emphase sur les éléments qui nous rendent semblables. Le texte a subi peu de modifications. Nous avons seulement travaillé sur certaines nuances», a-t-elle lancé.

Le montage du vidéoclip qui accompagne cette chanson a été effectué par Eddy Malenfant qui possède sa propre boîte de production à Mani-Utenam, connu sous le nom «Productions Manitou». «Je suis métissé. Je connais davantage le monde des Innus que celui des Blancs, admet-il. Lorsque Jacques m’a montré les images tournées avec Shauit et Nathalie Noël, j’ai décidé d’y ajouter du visuel provenant de nos archives. Je me suis beaucoup servi de mon instinct.»

Une association qui va de soi
Autant à Sept-Îles que sur l’ensemble de la Côte-Nord, Jeanne-d’Arc Vollant est reconnue comme une ardente militante de la cause autochtone. Dans le recueil «S’agripper aux fleurs», lancé aux Éditions David, qu’elle a cosigné avec deux autres auteures, elle a essayé de tracer à l’aide du haïku un portrait juste de la réalité autochtone.

«L’harmonisation des peuples est l’une de mes plus grandes préoccupations. Je suis convaincue qu’il est temps d’emprunter le chemin de la réconciliation. Je travaille autant dans la communauté qu’à l’extérieur. Il est important qu’il y ait une ouverture de part et d’autre. Il est temps d’avoir une réelle conversation», a déclaré celle qui multiplie les efforts pour réconcilier les Blancs et les Autochtones.

PHOTO: Plusieurs personnes ont apporté leur contribution au projet ayant mené à la création de la chanson «Vivre ensemble» qui fait désormais l’objet d’un vidéoclip. Parmi eux, on retrouve Eddy Malenfant, Céline Lefebvre, Jeanne d’Arc Vollant et Jacques Proulx. (Photo : Le Nord-Côtier)

Partager cet article