Tourisme : Pascal Bérubé apporte son support à la Minganie

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 25 juillet 2013
Temps de lecture :

Le ministre délégué du Tourisme, Pascal Bérubé, tenait à rassurer les acteurs de l’industrie touristique et les municipalités touchées par les incendies de forêt qui ont malmené l’arrière-pays de la Minganie pendant deux semaines. Au terme d’une journée chargée de rencontres, le ministre s’est fait clair : la Minganie est prête à accueillir les touristes.

Pascal Bérubé était en vacances lorsque les feux de forêt ont dégénéré en Minganie, forçant même l’évacuation du village de Baie-Johan-Beetz pendant quatre jours. «J’étais ébranlé, a-t-il confié en entrevue au Journal. J’ai appelé Lorraine Richard et je suis allé au cabinet de la première ministre parce que je voulais y aller.» Mercredi, Pascal Bérubé atterrissait enfin à Havre-Saint-Pierre pour constater de ses yeux l’ampleur des dommages et apporter son soutien aux municipalités, qui dépendent du tourisme.

«La région est opérationnelle pour accueillir les touristes. Ceux qui prévoyaient la visiter doivent le faire, a affirmé le ministre. Les signaux sont très positifs; tout est ouvert, la route 138 n’est plus bloquée et on a accès aux produits touristiques sur tout le territoire.»

Situation en main
Du même souffle, Pascal Bérubé confirme que son gouvernement est en contrôle de la situation et que tous les efforts ont été déployés pour freiner la progression du principal brasier. La Sécurité civile indiquait d’ailleurs que la SOPFEU était parvenue à contenir les flammes qui faisaient rage le long de la route 138, qui a été rouverte à la circulation, sans convois supervisés, mardi. «On ne peut pas prévoir une tragédie comme celle-là, on fait pour le mieux. Les communautés et les infrastructures stratégiques ont été protégées et c’est ce qui est important», a-t-il soutenu.

La directrice générale de Tourisme Duplessis a participé aux rencontres du ministre. «Nous avons senti une très bonne écoute, a exprimé Marie-Soleil Vigneault. Il avait une belle empathie, on sent qu’il vient des régions et qu’il comprenait bien notre réalité.»

Impacts pour le tourisme
Même s’il est encore tôt pour tracer le bilan des impacts que laisseront les incendies sur l’industrie touristique de la région, des baisses d’achalandage des bureaux d’information et de certains attraits ont déjà été constatées. «Actuellement, ça l’a une très grande incidence sur notre industrie, a indiqué Mme Vigneault. Les gens ont besoin d’être rassurés sur ce qui se passe et malheureusement, ceux qui hésitent décident carrément de ne pas venir.»

À Natashquan, des aubergistes ressentent aussi un ralentissement lié aux feux de forêt, qui ont forcé la fermeture de la route 138 pendant une semaine. «C’est une grosse saison pour nous et on ne peut pas se permettre autant d’annulations», a raconté la gérante de l’Auberge de la Cache, Doris Minier. Selon les premières informations, au moins deux pourvoiries auraient aussi été rasées par les flammes, entraînant du même coup la perte de 24 emplois à Baie-Johan-Beetz, qui compte à peine une centaine de résidents.

Aide spéciale ?
Trop tôt encore pour savoir si Québec à l’intention de créer un fonds spécial pour contribuer à la reconstruction des installations détruites, mais Pascal Bérubé confirme qu’une attention particulière sera portée aux besoins régionaux. «Quelle forme ça va prendre, je ne peux pas l’indiquer pour l’instant parce que nous n’avons pas encore fait le bilan complet des pertes matérielles. Je ne peux pas m’engager plus loin que ça pour l’instant», a-t-il expliqué.

Les intervenants ont aussi fait part au ministre Bérubé de leurs préoccupations face aux interventions de la SOPFEU au-delà du 51e parallèle. «C’est important de considérer dans les plans d’intervention que les territoires, qui exploitent des installations touristiques, doivent être jugés de prioritaire», a ajouté Mme Vigneault. Un message que Pascal Bérubé a promis de porter à Québec.

PHOTO: Le village de Baie-Johan-Beetz a été secoué par les incendies de forêt. (Photo : René Fréchette)

Partager cet article