Sondage sur les mines : L’industrie minière peu populaire

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 14 mars 2013
Temps de lecture :

Deux sondages réalisés par la firme Léger Marketing démontrent un faible support du public envers l’industrie minière. L’Initiative boréale canadienne (IBC) profite de ces résultats pour demander une réforme en profondeur de la loi sur les mines et une étude d’impacts indépendante panquébécoise de l’uranium.

L’IBC est un organisme qui réunit plusieurs partenaires visant à favoriser la conservation et le développement durable des forêts boréales. Deux sondages de Léger Marketing ont révélé qu’une majorité des personnes interpellées sont en désaccord avec la préséance minière sur les droits des propriétaires privés, des communautés autochtones et des municipalités, et qu’une bonne proportion de ceux-ci estime que les redevances minières sont insuffisantes.

Par ailleurs, les répondants sont favorables, à une meilleure protection de l’environnement, des droits des personnes et des communautés dans la prochaine réforme. Ils pensent également qu’une évaluation indépendante devrait être réalisée avant d’aller de l’avant avec tout projet d’uranium sur son territoire.

«Ces sondages démontrent clairement que Québec doit mettre fin à cette idée dépassée selon laquelle, les droits des compagnies minières devraient l’emporter sur ceux des individus, des communautés et de l’environnement», a déclaré Suzanne Méthot, directrice au Québec de l’IBC.

Mme Méthot estime également que le gouvernement devrait honorer le souhait des Cris et cesser le projet minier Matoush, ainsi que de se lancer sans plus tarder dans un examen indépendant panquébécois sur les impacts et l’exploitation de l’uranium, avant d’approuver tout projet d’uranium sur son territoire.

La Coalition pour que le Québec ait meilleure mine se réjouit
«Le message est clair : les Québécois, qu’ils soient des régions minières ou des grands centres, veulent de réels changements dans la gestion des mines. Ils ne veulent pas de petits changements cosmétiques. Souhaitons que nos élus – tous partis confondus – comprennent le message et agissent en ce sens. Il en va de l’intérêt public de l’ensemble des Québécois et non pas de celui de quelques lobbys miniers», a rétorqué le porte-parole de la coalition, Ugo Lapointe.
La ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, planche actuellement sur une réforme de la loi sur les mines et c’est le 15 mars prochain que se tiendra le forum sur les redevances minières.

Deux sondages réalisés par la firme Léger Marketing démontrent un faible support du public envers l’industrie minière. (Photo : archives – Le Nord-Côtier)

Partager cet article