Rivière Sainte-Marguerite : Hydro-Québec rencontre les citoyens de Gallix

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 10 octobre 2012
Temps de lecture :

Hydro-Québec a présenté aux citoyens du secteur Gallix la semaine dernière un bilan environnemental concernant l’estuaire de la rivière Sainte-Marguerite et l’érosion de la falaise. Certains citoyens présents ont été déçus que la société d’État n’ait pas proposé de solutions aux problèmes exposés.

L’équipe d’Hydro-Québec est venue présenter, devant une trentaine de personnes, un suivi de la dynamique sédimentaire de l’estuaire de la rivière afin de répondre aux inquiétudes des riverains du canton de Gallix, à propos de l’érosion des berges. L’étude fait un bilan des changements morphologiques depuis 2008 de la falaise de Gallix, de la pointe de la flèche littorale et du chenal principal de l’estuaire de la rivière Sainte-Marguerite.

Les résultats
Selon ce que rapporte la société d’État dans un sommaire de l’étude environnementale, la tendance se maintiendrait sur les lieux étudiés comparativement aux analyses menées en 2008. La falaise de Gallix continue de s’éroder, le chenal principal s’est élargi et se déplace vers la rive droite. La rive de Val-Marguerite demeure stable. Le rapport met également en avant que des bancs de sable à l’extrémité ouest de la flèche littorale de Sainte-Marguerite se sont engraissés en superficie et en hauteur.

Hydro-Québec explique par ailleurs que les tempêtes ont eu un impact significatif sur l’évolution morphologique de la falaise de Gallix, de l’estuaire de la Sainte-Marguerite et de l’extrémité de la flèche du littoral. La société ajoute cependant que les activités humaines sont à considérer concernant l’évolution morphologique de l’estuaire. Elle termine en précisant que la part de contribution de chacun des facteurs sur l’évolution morphologique de l’embouchure de la rivière Sainte-Marguerite ne peut toutefois être déterminée avec certitude.

La réaction des élus municipaux
Le maire Serge Lévesque a apprécié qu’Hydro-Québec vienne faire une présentation de leur résultat. Il déclare qu’il ne s’attendait pas à ce que la société d’État arrive avec un remède miracle. «Ils ont présenté des résultats sur une période de 15 mois, qui montrent qu’il y a eu une dégradation de la falaise. En 2009, ils avaient nié être responsables des dommages, aujourd’hui ils seraient prêts a affirmé qu’il y a une responsabilité partagée avec la nature», a-t-il déclaré.

Gervais Gagné, le conseiller du secteur Sainte-Marguerite, confie ne pas avoir été pleinement satisfait de la rencontre. «Ça fait 10 ans qu’on attend les résultats. Je pensais qu’Hydro-Québec arriverait avec des solutions, ils ne veulent pas admettre qu’ils sont responsables, a-t-il déploré. Ce n’est pas la seule rivière qu’Hydro-Québec ait harnachée. S’ils reconnaissent leur tort, ça risquerait de faire jurisprudence contre eux».

Selon certains résidents de l’endroit, l’érosion dans le secteur de la falaise à Gallix serait attribuable aux activités d’Hydro-Québec. (Photo : archives – Le Nord-Côtier)

Partager cet article