Le pont sur la rivière Nutashkuan divise la communauté

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 19 septembre 2012
Temps de lecture :

La construction du pont sur la grande rivière Nutashkuan, visant à relier les communautés de Kégaska et de la Romaine, vient d’être suspendue. La décision a été ordonnée par le chef innu de Nutashkuan, Rodrigue Wapistan, pour des raisons sociales et environnementales. Le vice-chef de cette même communauté, Réal Téttaut, s’oppose aux mesures prises par son chef.

Le nouveau chef du conseil de bande de Nutashkuan, a résilié le 28 août dernier l’entente avec le ministère des Transports prévoyant la construction d’un pont sur la grande rivière Nutashkuan. Le chantier amorcé au cours de l’été vient d’être arrêté et serait paralysé par des manifestants s’opposant au projet. Le chef a justifié sa décision en raison des inquiétudes de sa communauté sur l’impact environnemental des travaux et notamment sur le saumon.

Le chef soutient par ailleurs que le projet a été autorisé par le gouvernement à la dernière minute, sans évaluation environnementale de la part du gouvernement et sans exigence de permis formel de Pêches et Océans Canada. Rodrigue Wapistan pense également que de la collusion aurait eu lieu entre des membres de la communauté et des entrepreneurs extérieurs.

Selon lui, cette situation empêcherait les Innus de Nutashkuan d’obtenir des contrats et des emplois liés au projet. Le chef fait savoir qu’il n’a pas l’intention d’autoriser des travaux au détriment de l’environnement et des ressources de la communauté.

Conflit dans la communauté

Le vice-chef de Nutashkuan, Réal Téttaut, a au contraire dénoncé la fermeture du chantier. La décision émanerait selon lui de la seule initiative du chef Wapistan. Il déclare qu’à aucun moment le conseil de bande n’a autorisé une telle interruption des travaux. Le vice-chef espère que le ministère des Transports prendra des actions pour que le chantier reprenne. Soulignons que le statut de vice-chef de Réal Téttaut n’est pas reconnu par le chef Rodrigue Wapistan.

En réaction à la fermeture du chantier, des travailleurs et des opposants au chef Wapistan auraient cadenassé les bureaux du conseil de bande. Afin de régler la situation, une rencontre devrait avoir lieu prochainement entre le sous-ministre des Transports, des représentants du Secrétariat aux affaires autochtones et le représentant de Natashquan, Rodrigue Uapishtan.

La municipalité de Nutashkuan (Photo –Archives).

Partager cet article