Chantier Romaine : L AGAM scandalisée par l’attitude d’Hydro

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 28 août 2012
Temps de lecture :

La mésentente se poursuit entre l’association des gens d’affaires de la Minganie (AGAM) et Hydro-Québec, concernant le développement du barrage hydroélectrique sur la rivière Romaine. Le groupement s’offusque qu’un contrat à potentiel régional soit catalogué provincial par la société d’État.

Cette fois-ci le litige concerne un contrat de déménagement de bâtiments de campements temporaires vers Romaine-3. Selon le président de l’AGAM, Théoarris Ganas, ce genre de contrat serait depuis le début du chantier adressé exclusivement aux entreprises nord-côtières. L’association se bat depuis plusieurs mois pour qu’Hydro-Québec réduise la grosseur de ses contrats et les consacre aux entreprises de la région. M. Ganas déclare ne pas comprendre le comportement d’Hydro-Québec dans ce dossier.

«Au lieu de suivre nos recommandations, Hydro-Québec en rajoute une couche en déviant un contrat fait sur mesure pour la région, lequel vient d’être dirigé vers le bassin provincial. C’est soit de la provocation, soit de l’inconscience», a-t-il jugé.

Le président de l’association est déterminé à défendre les entreprises de la région et faire en sorte que celles-ci obtiennent leur part du gâteau dans le projet Romaine.

«On sait pertinemment qu’on n’est pas équipés, en Côte-Nord, pour forer un canal de dérivation long de plusieurs kilomètres ou pour fabriquer les turbines des quatre barrages. Il nous reste un nombre très limité de travaux tels que les routes, le déboisement et la construction traditionnelle. Si on nous enlève ce genre de mandat, il ne restera plus rien. On ne se laissera pas faire !», s’est-il exclamé.

De son côté, Hydro-Québec n’a pas souhaité émettre de commentaires sur ce sujet. Une rencontre entre les gens d’affaires de la Minganie et la société d’État devrait se tenir prochainement.

Théoarris Ganas, président de l’AGAM, devant un panneau de contestation installé par des citoyens mécontents à Havre-Saint-Pierre. (Photo – AGAM).

Partager cet article