CSSS de Sept-Îles: une interprète pour améliorer les services en anglais, innu et naskapi

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 06 Décembre 2011
Temps de lecture :

Bien que mis en place depuis mars 2011, ce n’est que le 6 décembre dernier que le Centre de santé et des services sociaux (CSSS) de Sept-Îles a officiellement lancé son service d’accessibilité aux Anglais, Innus et Naskapis. Un service qui permet d’améliorer le service pour environ 5000 clients.

Depuis le printemps dernier, une agente de service à la clientèle a pour mandat d’accueillir et orienter les usagers de langue anglaise à leur arrivée dans l’établissement hospitalier de Sept-Îles. Une interprète, qui parle français, anglais, innu et naskapi, est également à la disposition du personnel ou des patients, afin de mieux se faire comprendre.

Que ce soit pour expliquer ses douleurs, comprendre le diagnostic ou la posologie ou encore poser des questions aux médecins, il est toujours plus aisé de le faire dans sa langue maternelle, a renchéri le directeur général du CSSS de Sept-Îles, Martin Beaumont. L’interprète permet de s’assurer que les intervenants du centre hospitalier et les patients se comprendront le mieux possible.

Le directeur général explique que son équipe travaille depuis quelques années à étendre ses services et à assurer une continuité à ce service. «Travailler au CSSS de la Basse-Côte-Nord m’a fait réaliser l’importance d’avoir un service en anglais», a ajouté M. Beaumont. Il estime que la région immédiate de Sept-Îles compte environ 900 anglophones, qu’environ 4000 résident sur la Basse-Côte-Nord, en plus du millier provenant des communautés innues ou naskapies.

Pour expliquer le délai entre la mise en place du programme en mars et l’annonce médiatique en décembre, la direction explique qu’ils voulaient d’abord être certains d’avoir bien installé la mécanique. Plusieurs ajustements ont eu lieu depuis le mois de mars, précise-t-il, comme la publication de brochures ou la mise en place d’un bureau d’accueil exprès pour cette clientèle à l’entrée principale.

Ce programme d’accessibilité est intégré à tous les services du CSSS, y compris l’urgence. Il a été mis sur pied grâce à la participation financière du Réseau communautaire de santé et de services sociaux pour les personnes d’expression anglaise, une organisation financée par Santé Canada. Le Centre de santé a un financement de 70 000$ pour les quatre premières années. «Il nous faudra ensuite démontrer la valeur de ce service», explique M. Beaumont, qui ajoute que cela a déjà été fait en seulement quelques mois.

Partager cet article