Random Recipe: Épicés pour la fête

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques

Signe que le groupe est en demande, c’est pendant que le groupe attendait d’embarquer pour un vol direction la France que le Nord-Côtier a pu s’entretenir avec Frannie, l’une des fondatrices et chanteuses du groupe Random Recipe qui répand sa drôle de recette musicale de plus en plus loin. Comme quoi les petits amusements entre amis peuvent mener loin.

Ceux qui ont suivi les aventures de Philippe Touzel à On The Spot connaissent Random Recipe. C’est avec eux que le Septilien est sorti de sa zone de confort, y allant d’un sympathique rap. C’est l’équipe de la webréalité qui a proposé la formation au à Philippe. «Ça s’était super bien passé. On a suivi ses challenges par la suite, on lui a donné un coup de main pour son défi avec les médias», lance Frannie sur cet épisode. Il n’y a pas si longtemps, cette scène aurait été improbable.

Au départ, il y a déjà 6 ans, ce n’était que Frannie et Fab qui s’amusait à rapper, pour le fun, chez elle ou dans la rue. Et malgré le manque de sérieux à leur plaisir, plusieurs les trouvent vraiment bonnes. «On n’avait pas l’intention de faire de la musique au début. On s’est fait remarqué par hasard», résume Frannie au bout du fil. Cet automne, Random Recipe était en nomination dans la catégorie Meilleur album d’un artiste anglophone au prochain Gala de l’ADISQ.

Saisir…
Et paf! Le duo se fait tout d’un coup inviter au festival Fringe, en 2008. Au début, tout semble bien cool, mais plus la date arrive et plus le duo se rend compte qu’ils manquent un peu de substance pour donner un vrai spectacle. Seulement 24h avant le spectacle, Frannie a donc fait appel à Vincent, le grand frère de sa meilleure amie, un musicien qui a déjà accompagné plusieurs artistes. Il invite un ami, Liu-Kong, à se joindre à la troupe. Ça a tellement cliqué que le groupe est immédiatement passé de 2 à 4 membres.

… et laisser mijoter
À partir de ce moment, le projet devient un peu plus sérieux. Un album (Fold It! Mold It!) se construit avec les deux nouveaux membres. «L’album a été créé pour avoir des spectacles et pour être pris au sérieux. Même si plus personne n’achète de disques, c’est une carte de visite. Il faut ça pour que les festivals nous prennent. On ne savait pas encore comment traduire notre énergie sur un album», raconte Frannie à propos de l’éclectisme de leur album.

Le groupe risque de toujours demeurer éclectique, sinon il renierait son propre nom, et que l’improvisation demeure au cœur de leurs compositions, un meilleur fil conducteur s’est installé en cours de route et qui colle davantage à leur légendaire énergie scénique. Frannie croit que le deuxième album, pas encore en chantier, sera moins naïf.

Sur scène, Fab court partout, danse sans arrêt – à en épuiser le lapin Energizer, Frannie se trémousse et laisse parfois sa chiquita guitare pour faire quelques pas avec sa partenaire. «Au début, Fab se cachait derrière les drums, lance étonnement Frannie. Maintenant, il y a une synergie entre nous quatre. On peut s’adapter selon les foules et les salles. C’est un gros terrain de jeu.»

Faire goûter aux autres
Le groupe partait donc son vol pour la France, dont ils reviendront tout juste à temps pour venir sur la Côte-Nord, dont Sept-Îles le 28 octobre prochain. Comment ça se passe en France? «On a une super bonne réponse. Ils sont vraiment déchaînés. On concentre notre énergie de développement en Europe», lance Frannie, le ton enjoué. Pas que le groupe veut délaisser le Québec, mais contrairement à l’Europe, l’Amérique du Nord est moins friand de leur hip hop hybride, et qui se marie à la musique latine, la pop, l’électro, le rock et à plusieurs autres épices mises ici et là. «On est vraiment une Random Recipe.»

Photo : Emilie The Voice

Partager cet article