Première rencontre «concluante» pour la Table entrepreneuriale

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques
Première rencontre «concluante» pour la Table entrepreneuriale

Une trentaine d’intervenants se sont réunis le 20 janvier, à l’invitation du maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, pour le démarrage de la Table entrepreneuriale qui vise à adopter «une stratégie commune» pour développer une culture entrepreneuriale «plus forte et plus dynamique».

La Table a été créée pour «veiller à ce que des actions concrètes soient posées en matière d’accompagnement et de relève entrepreneuriale». Cette «veille» sera assurée par Développement économique Sept-Îles. «Ç’a été très concluant. On a tous le même constat», a résumé le maire. Deux consensus sont ressortis de cette première rencontre, soit le fait «d’accompagner» les entreprises existantes ou en devenir et de développer l’entrepreneuriat auprès des jeunes par le biais du milieu de l’éducation.

«Le contexte économique impose la création d’une pareille table. L’entrepreneuriat est un moteur économique sous-estimé qui mérite toute notre attention. L’adoption d’une stratégie commune ne pourra que mieux desservir les entreprises de tout le territoire et contribuera au développement d’une culture entrepreneuriale plus forte et dynamique», a déclaré M. Porlier.

Faciliter les démarches

Les acteurs présents à la rencontre se sont dits «soucieux de simplifier la vie des entreprises existantes et en devenir, notamment en matière d’accès aux différents programmes et règlements existants». Pour cela, «un travail important est à faire au plan de la communication». La complexité des démarches pour démarrer ou gérer une entreprise peut en effet être un frein.

«Ce n’est pas évident pour une entreprise de s’y retrouver. La lourdeur et la complexité des programmes et des règlements donnent parfois des maux de tête aux entrepreneurs qui décident parfois de renoncer. Il faut créer un milieu propice à l’entrepreneuriat», a affirmé Guylaine Quessy, vice-présidente à la Chambre de commerce de Port-Cartier. «On a intérêt à mettre les informations plus facilement accessibles. De tout ramasser ça à un endroit où c’est assimilable», a expliqué Réjean Porlier.

Jeunesse

La complicité avec le milieu de l’éducation pour développer une culture entrepreneuriale auprès de la jeunesse est l’autre grand objectif établi par la Table. «La communauté a besoin d’initiatives porteuses et la diversification économique tant recherchée depuis des années peut passer par un dynamisme entrepreneurial à qui on a permis de s’éveiller dès le jeune âge», a mentionné le directeur général de la Commission scolaire du Fer, Lucien Maltais.

La Commission scolaire Eastern Shores, le conseil scolaire de Uashat mak Mani-Utenam et le Cégep de Sept-Îles sont également représenté à la Table. Pour le maire, il est impératif que les mesures prises en éducation soient des «initiatives structurantes» qui vont «perdurer dans le temps».

La Table est aussi formée, entre autres, de représentants des milieux municipaux et économiques de Sept-Îles, Port-Cartier et Uashat mak Mani-Utenam, du Carrefour jeunesse-emploi, de ministères québécois et du Fonds de solidarité de la FTQ. Des sous-comités seront formés pour mener à bien les initiatives mises en branle par la Table. Les différents intervenants se rencontreront trois fois par année. La prochaine rencontre est prévue en mai.

 

Partager cet article