Pavillon Alouette : Un nouveau souffle pour l’enseignement supérieur en région

Pavillon Alouette : Un nouveau souffle pour l’enseignement supérieur en région

Crédit photo : Courtoisie

C’est maintenant chose faite. Sept-Îles accueille chez elle son premier véritable campus universitaire avec l’inauguration du pavillon Alouette, financé en totalité par l’aluminerie. Présente dans la région depuis plus de 40 ans, l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) voit dans les murs du nouveau bâtiment, un «deuxième début» aux services universitaires dispensés à Sept-Îles.

C’est en grandes pompes que l’Aluminerie Alouette a coupé le ruban officiel marquant l’ouverture de son tout nouveau pavillon, son legs à la communauté. «Un peu plus d’un an après la première pelletée de terre, on se retrouve ici, dans ce qui devient le véritable ancrage de l’enseignement universitaire dans la région», a affirmé le président et chef de la direction de l’aluminerie, Claude Boulanger.

En poste que depuis septembre, le nouveau patron n’a pas raté de remercier tout personnellement son prédécesseur, André Martel, pour «sa passion et son énergie» dans ce projet de 10 millions $. En prenant la parole, M. Martel n’a pas caché son «attachement personnel» à la région. «Maintenant, il faut qu’on s’approprie le pavillon, qu’on l’habite, il faut qu’on s’assure que ce pavillon fasse du sens pour la région», a martelé M. Martel.

La coupure de ruban officielle.
La coupure de ruban officielle.

«Pierres d’assise» du développement
Présent pour l’occasion, le ministre de l’Éducation et responsable de la Côte-Nord, Yves Bolduc, a salué le modèle de partenariat du pavillon universitaire Alouette. «C’est un exemple de synergie entre la grande entreprise, le milieu socio-économique et l’enseignement supérieur (…) Cela vient consolider l’offre et augmente les possibilités d’activités (…) C’est un atout pour les étudiants et un rayonnement pour toute la région», a lancé le ministre Bolduc, qui était également accompagné de son collègue, Jean-Denis Girard.

Pour le directeur général du Cégep de Sept-Îles, il s’agit ni plus, ni moins d’une «pierre d’assise» du développement régional. «On a ici quelque chose d’original et novateur qui pourrait servir ailleurs», s’est targué Donald Bherer. «Ce sont 10 ans d’efforts qui se concrétisent aujourd’hui», a-t-il ajouté, saluant à son tour l’implication de tous les partenaires. «Le mot clé est synergie».

Un moment historique
Le maire de Sept-Îles a pour sa part qualifié de «moment historique» l’inauguration de lundi. «On peut être extrêmement fier de ça, c’est plus qu’un symbole. L’UQAC a désormais un pied-à-terre sur lequel on va pouvoir bâtir», a soutenu Réjean Porlier. «Alouette est un partenaire majeur de notre communauté, le Cégep fait preuve de dynamisme, faut le reconnaître, a-t-il poursuivi. Maintenant, c’est toute la collectivité qui va pouvoir profiter de ce joyau».

Le pavillon Alouette propose un design, alliant le bois et l’aluminium, en plus d’offrir plusieurs composantes novatrices en matière de développement durable. C’est la firme BGLA qui a réalisé l’architecture moderne et l’ingénierie-construction a été assumée par AXOR Experts-conseils et AXC Construction. Plus de 90 fournisseurs et entreprises ont été mis à contribution.

PHOTO: Réjean Porlier, maire de la Ville de Sept-Îles, Sylvie Beauchamp, présidente UQAC, Donald Bherer, directeur général du Cégep de Sept-Îles, Jean-Denis Girard, ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, André Martel, ex-président et chef de la direction d’Alouette, Martin Gauthier, recteur de l’UQAC, Claude Boulanger, président et chef de la direction d’Alouette et Yves Bolduc, ministre de l’Éducation et responsable de la région de la Côte-Nord. (Photo : Le Nord-Côtier)

(PHOTO du HAUT: gracieuseté Aluminerie Alouette)