Perte d’emplois: Un autre coup dur pour les travailleurs de Cliffs

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 17 novembre 2014
Temps de lecture :

Les travailleurs de Cliffs Natural Resources subissent un autre coup dur. La minière vient de remercier 17 syndiqués et 13 cadres à ses installations de Sept-Îles, confirme le Syndicat des Métallos.

«Une forte majorité» des cadres auraient par contre été transférés à Fermont, où la minière exploite la mine du lac Bloom, toujours le syndicat. «Pour ce qui est des syndiqués, ils ont été rencontrés ce matin (lundi) et retourné chez eux», se désole le représentant syndical, Gilles Ayotte.

Selon lui, ces nouvelles coupes s’inscrivent dans un «plan de redressement sévère» mis de l’avant par la haute direction de Cliffs, qui peine à rentabiliser ses opérations avec un prix du fer à la baisse. «On n’a aucun contrôle là-dessus, notre responsabilité sera de s’assurer que l’employeur respecte le Code du travail», a-t-il ajouté.

Dévastateur pour l’économie
Selon Gilles Ayotte, la trentaine d’emplois perdus chez Cliffs représente pas moins de 3 millions $ en moins dans l’économie régionale. «C’est gens-là font en moyenne 100 000$ par année, alors faite le calcul», déplore le représentant.

Depuis 2013, Cliffs Natural Resources a suspendu les activités de son usine de bouletage de Sept-Îles, en plus de mettre un terme définitif à l’exploitation de la sa mine Scully au Labrador. Le nombre de syndiqués à Sept-Îles est passé de 280 à moins d’une centaine depuis. Cliffs n’a pas voulu commenter la décision de ce matin.

(Photo: courtoisie – Cliffs Natural Resources)

Partager cet article