L’appel de la mer

Photo de Karine Lachance
Par Karine Lachance
L’appel de la mer
(Photo : courtoisie)

Francis Mercier est fils, petit-fils, arrière-petit-fils et neveu de pêcheurs. Il a tenté de faire carrière dans un autre domaine, mais rapidement le cœur a eu le dessus sur la raison et il est retourné sur l’eau avec sa famille.

Jean-Yves Mercier exerce le métier de pêcheur depuis plus de 30 ans, tout comme des générations avant lui. Dès son jeune âge, son garçon Francis ne manquait pas une occasion d’aller sur l’eau avec lui. Aussitôt qu’il le pouvait, il embarquait sur le bateau et allait respirer le grand air, tout en mettant la main à la pâte.

«Depuis que je suis jeune j’ai toujours aimé ça. Je finissais l’école et je me dépêchais de m’en aller sur l’eau. La fin de semaine, je faisais ça aussi», se souvient Francis.

Lorsqu’il a terminé ses études secondaires, son père lui a conseillé d’aller faire un cours, peu importe le domaine qui choisirait. Étant une personne qui aime le travail manuel, Francis a penché vers un domaine offrant plusieurs possibilités dans la région.

«Mon père ne m’a jamais poussé à aller dans le même métier que lui. Je me suis inscrit en mécanique industrielle au centre de formation professionnelle de Sept-Îles», mentionne le Port-Cartois en entrevue avec Le Nord-Côtier.

Un retour aux sources

Au terme de ses études, Francis a exercé le métier de mécanicien pendant cinq ans, tout en continuant de faire la pêche avec son père lorsqu’il était en congé.

«Une bonne journée, mon père m’a demandé si je voudrais prendre le relais, ce que j’ai accepté de faire. Cette journée-là, j’ai décidé de démissionner et de finir la saison de pêche qui était en cours», mentionne l’homme qui a son brevet de capitaine depuis bientôt deux ans.

Francis travaille actuellement avec son père et son oncle, en plus de sa propre entreprise qui se développe. Il est maintenant détenteur de ses propres permis de hareng, de maquereau et de bourgot.

«C’est beaucoup de travail mais j’aime ça, je suis content d’aller travailler. La pêche pour moi, c’est vraiment un coup de cœur, c’est inexplicable mon sentiment», exprime-t-il en conclusion.

Francis a choisi de prendre la relève de l’entreprise familiale par choix, simplement par amour de ce métier qui lui apporte son gagne-pain, mais également beaucoup de bonheur.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de