Investissements de 4,5 millions $ : Un nouvel écocentre à Sept-Îles

Photo de Fanny Lévesque
Par Fanny Lévesque
Investissements de 4,5 millions $ : Un nouvel écocentre à Sept-Îles

Les Septiliens comptent désormais sur une solution «plus fonctionnelle» pour disposer de leurs rebuts. Le nouvel écocentre de la Ville de Sept-Îles, installé tout au bout du boulevard des Montagnais, ouvrira ses portes dès le 11 septembre.

L’aménagement des installations flambant neuves, qui ont coûté 4,5 millions $ à la municipalité, n’est pas étranger aux objectifs de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles.

Comme les autres villes du Québec, Sept-Îles doit parvenir à réduire sa quantité de déchets enfouis en favorisant notamment la revalorisation des matières résiduelles. L’écocentre s’inscrit naturellement dans cette démarche, ont expliqué les représentants municipaux, qui ont invité jeudi les médias à visiter le nouveau site. «C’est une étape drôlement importante aujourd’hui», a fait savoir le maire, Réjean Porlier.

À compter de la semaine prochaine, les citoyens pourront se rendre directement à l’écocentre pour y déposer entre autres, des matériaux secs, de construction, des pneus et même leur RDD (résidus domestiques dangereux) pour ne citer que ceux-là. «C’est un site gratuit et à proximité de la ville», a mentionné le directeur des travaux publics, Michel Tardif. Les lieux seront aussi surveillés en tout temps.

Les matières déposées seront acheminées vers le centre de tri de Port-Cartier puis triées et envoyées vers des «recycleurs» qui pourront leur donner une seconde vie. «On parle de revalorisation pour éviter l’enfouissement», souligne l’adjoint en environnement à la ville, Dany Vaillancourt. Avec ces nouvelles méthodes, la municipalité évalue que 4000 tonnes de rebuts seront revalorisées annuellement.

Cibles à atteindre
Avec la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles, la Ville de Sept-Îles devra réduire à 700 kilos la quantité annuelle de rebuts par citoyen, explique M. Vaillancourt. Depuis 2013, Québec a banni des sites d’enfouissements le plastique, le carton et le bois.

«D’ici 2020, il faudra aussi se mettre au compostage», ajoute-t-il. La Ville planche donc sur différents projets pour atteindre les nouvelles cibles, dont l’optimisation du recyclage traditionnel fait à la maison.

C’est l’entreprise de Sept-Îles, Les Équipements Nordiques, qui assurera la gestion de l’écocentre, grâce à un contrat conclu au montant de 2 millions $ pour cinq ans. Construction RIC, aussi de Sept-Îles, avait pour sa part décroché le contrat de la construction, qui a été amorcée il y a un an.

Le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier et l’adjoint en environnement à la Ville, Dany Vaillancourt, devant les installations du nouvel écocentre. (Photo : Le Nord-Côtier)

Partager cet article