Dix ans après… Le souvenir de Roland Jomphe bien vivant

Dix ans après… Le souvenir de Roland Jomphe bien vivant

Au matin du 9 décembre 2003, Roland Jomphe, le poète de la Minganie quittait ce monde, à l’âge de 86 ans, pour joindre enfin sa chère Adeline et l’Éternel qu’il a si souvent louangés au cours de sa vie. Dix ans après son grand départ, son souvenir et ses écrits continuent d’inspirer plus d’un. De plus, nul ne peut contredire le rôle majeur qu’a joué le poète Roland Jomphe au niveau du développement culturel et touristique de la Minganie.

Par Charlotte Cormier

Pourtant, il y a quelques décennies à peine, qui aurait cru que le parcours de Roland Jomphe, cet homme simple et discret, le mènerait à devenir l’une des figures les plus marquantes de l’histoire cayenne, l’un des «Géants de la Côte-Nord» comme cela était souligné dans l’hommage que lui rendait l’Université du Québec à Chicoutimi en 1996.

Pour maintenir présent le souvenir du poète, il est bon de se rappeler quelques-unes des réalisations de ce pêcheur, fils de pêcheur, devenu par la suite sacristain jusqu’en 1967, année où il accédait au poste de secrétaire-trésorier de la municipalité de Havre-Saint-Pierre. C’est d’ailleurs lors de l’exercice de ces dernières fonctions que Roland Jomphe a démontré qu’il avait plusieurs cordes à son arc. C’est alors qu’il a commencé à dévoiler quelques-uns de ses secrets : Poèmes inspirants, magnifiques photographies, talents de conteur et de communicateur.

Le tout l’a amené à publier, en 1978, son premier recueil de poèmes «De l’eau salée dans les veines» et à participer à sa première émission de télévision «Sous le chêne de Mambré». Après son passage à Radio-Canada, le réalisateur de cette émission écrivait : «Des cinquante-quatre témoins apparus à l’écran durant les deux ans de Sous le chêne de Mambré, Roland Jomphe aura soulevé le plus d’enthousiasme et de sympathie, à cause de son authenticité, de sa simplicité, de sa poésie». Voilà, en quelques mots, ce qui décrit bien Roland Jomphe.

L’homme, Roland Jomphe, et son œuvre sont indissociables. En inaugurant, en 2004, un sentier en son honneur sur l’île Niapiskau, puis quelques années plus tard une exposition au Portail Pélagie-Cormier, Parcs Canada reconnaissait la contribution exceptionnelle de Roland Jomphe comme grand «Ambassadeur de la réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan».

De son côté, la municipalité de Havre-Saint-Pierre nommait la «Maison de la culture Roland-Jomphe» en l’honneur de celui qui, entre 1977 et 2003, a donné en ce lieu 942 conférences gratuites auprès de 74 869 personnes désireuses de découvrir la magie des paysages de la Minganie et des anecdotes propres à ce coin de pays, et ce à travers les images commentées, le discours coloré et les poèmes de ce grand conférencier.

Son héritage
Une douzaine d’œuvres littéraires dont la majorité sont marquées par la poésie et inspirées par sa foi, par l’histoire de son coin de pays et par la nature environnante où le ciel, la mer et la terre ont vraiment rendez-vous. Des photographies qui permettent de visualiser ce paradis qu’est la Minganie et de saisir divers faits marquants de son histoire. La constitution d’un fonds patrimonial conservé aux Archives nationales du Québec – division de Sept-Îles – où l’on retrouve des documents inédits (textes, poèmes, photos, coupures de journaux, etc.).

Une «manière d’être authentique» qui inspire à ressembler au poète Jomphe, à aller, tout comme lui, au bout de ses rêves avec générosité et passion.

(Photo: courtoisie)