Bodh’aktan présentera son répertoire festif

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques

Le Groupe Bodh’aktan est de retour sur la Côte-Nord, prêt à mettre le feu sur les planches en y présentant un répertoire totalement festif. Trois arrêts sont prévus sur la Côte-Nord soit le 29 novembre à 20 h au Café-Théâtre Graffiti de Port-Cartier, le 30 novembre à 20 h au Centre des congrès de Sept-Îles sous l’appellation Oreilles dégourdies ainsi que le 1er décembre à 20h au sous-sol de l’église de Havre-Saint-Pierre.

Depuis la sortie de «Au diable les remords» en 2011, les membres de Bodh’aktan ont effectué plusieurs visites sur la Côte-Nord. Cela s’explique peut-être par le fait que deux de ses membres sont originaires de Havre-Saint-Pierre, soit Éric Tanguay et Alain Barriault. Ce dernier y tient même sa résidence principale. «On travaille beaucoup via Internet. La distance n’est donc pas un obstacle. On a produit notre premier disque de cette manière», soutient Alain Barriault.

Le groupe termine actuellement la tournée de spectacle pour son premier disque et travaille à la préproduction de son deuxième album qui sera lancé en avril 2013. «Nous en sommes à rapatrier toutes les idées afin de choisir 10 ou 12 chansons pour notre prochain disque, précise Barriault. Contrairement au premier, on entend l’enregistrer tous ensemble en studio. Fred St-Gelais en assurera encore une fois la réalisation. Il est évident que le côté festif y sera toujours présent.»

Un album qui devrait prendre une couleur plus rock étant donné l’aspect plus live qu’il présentera. Alain Barriault n’a pas précisé si le groupe allait encore une fois inclure une reprise sur son deuxième disque puisque sur le précédent, on retrouvait une version d’un classique de Soldat Louis, Du rhum des femmes. Une chanson qui a fait l’objet d’un vidéoclip réalisé par Sébastien Landry, un jeune réalisateur de la Côte-Nord. «C’est un hasard. Il travaille tellement bien. Il est vraiment bon dans son domaine, affirme-t-il. Nous on veut s’entourer des meilleurs et on nous l’avait recommandé.»

Un univers musical peu commun
Bodh’aktan livrer asur scène un répertoire des plus festifs assez unique en son genre. Il propose un heureux mariage de plusieurs instruments tels que la cornemuse, l’accordéon, le violon, la guitare et la flûte. Le violoniste Jonathan Moorman offrira sûrement une prestation qui ne laissera personne indifférent puisqu’il maîtrise son instrument comme peu savent le faire.

Le groupe proposera un spectacle d’environ deux heures, présentant la plupart des chansons de son disque Au diable les remords, quelques nouveautés et des reprises que ses membres auront adaptés à sa sauce. «On choisit des chansons qui ne sont pas dans notre style et on les adapte. C’est un spectacle qui brasse. On est de plus en plus à l’aise à le présenter. Cet été, on l’a présenté plus d’une trentaine de fois», mentionne M. Barriault.

Malgré le fait que le groupe ait effectué plusieurs visites jusqu’à maintenant dans la région, il semble bien que leur venue suscite tout autant d’intérêts puisque la représentation prévue à Havre-Saint-Pierre affiche complet, ce qui signifie que les 400 billets ont déjà trouvé preneur. Reste à savoir si les gens de Port-Cartier et de Sept-Îles sauront, eux aussi, répondre à l’invitation.

Malgré le fait que le groupe Bodh’aktan ait lancé son premier disque en 2011, ses sept membres en sont déjà à leur troisième visite sur la Côte-Nord. Force est d’admettre qu’ils ont développé un fort sentiment d’appartenance avec la région. Absent sur la photo : Luc Bourgeois. (Photo : Courtoisie)

Partager cet article