Accident à Colombier: Ils ont vu la mort de près

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 30 août 2016
Temps de lecture :
Le camion-citerne aurait pu les tuer. À quelques centimètres près, la feraille écrasée a frôlé la tête des deux jeunes hommes.

(Forestville) Alexandre Demers et Michaël Coulombe-Boivin ont assisté impuissants, au drame qui a suivi le carambolage survenu à la hauteur des travaux du secteur St-Marc-de-Latour à Colombier le 23 août dernier vers 6 h 30 du matin. Aux premières loges, les jeunes hommes âgés de 19 ans et 21 ans sont restés marqués à jamais par l’explosion et surtout le brasier qui a fait du conducteur de la camionnette une torche humaine.

Par Shirley Kennedy 

Employés à la Tourbière de Colombier, Alexandre et Michaël se sont arrêtés au feu rouge des travaux, qui se trouve à dix minutes de leur lieu de travail. Ils prennent place dans le Hyundai Accent 2007 d’Alexandre, le 4e véhicule de la file d’attente. Derrière eux se trouve un camion-citerne alors que devant c’est un camion de type 10 roues qui transporte de l’asphalte. « On a entendu un BOUM et je me suis tourné, raconte Alexandre. J’ai vu arriver le citerne qui nous a propulsés à droite du 10 roues, ce qui nous a fait faire un 180 degrés ».

Complètement face à la scène d’hécatombe qui se joue devant eux, les deux jeunes hommes tentent de sortir mais la portière du côté passager est coincée. Alexandre intime Michaël à baisser les vitres afin de s’extirper le plus rapidement du véhicule devenu un tas de ferraille qui risque d’exploser à tout moment. « Le citerne a frôlé notre char et a rentré dans le fossé. Il y avait des bonbonnes de gaz qui roulaient à côté de nous, dit Michaël. Le dix roues nous a presque monté dessus, 6 pouces de plus et nous étions morts ».

Sonné, Alexandre raconte qu’après être sorti de son véhicule, il s’enfarge dans le pare-choc avant et se retrouve dans le fossé. « Nous sommes allés nous réfugier chez Jany et nous avons attendu les ambulanciers ».

Visions d’horreur, scènes dignes d’un film d’action, des fenêtres de la maison de Jany Tremblay où ils se réfugient, ils voient passer les ambulances qui n’hésitent pas à traverser les flammes via l’accotement pour secourir les blessés.

Quelques minutes plus tard, Dany, un collègue de travail d’Alexandre et Michaël, qui lui a vu venir le camion semi-remorque de Transport Morneau et a pu éloigner son véhicule à temps, porte secours au conducteur de la camionnette qu’on a déposé dans le fossé, en le transportant dans ses bras jusqu’à la maison de Mme Tremblay.

Sains et saufs mais ébranlés

Visiblement sous le choc, les deux jeunes hommes obtiennent leur congé du Centre de santé mais sont assaillis par des maux de ventre quelques heures plus tard. On les renvoie au Centre hospitalier de Baie-Comeau où ils passeront la nuit par prévention après quelques examens.

Bien qu’ils s’estiment chanceux d’avoir survécu sans séquelles, Alexandre et Michaël resteront marqués à jamais par cet accident spectaculaire. « Moi je vais me méfier des camions, je ne les dépasserai plus jamais par peur qu’ils me rentrent dedans », dit Michaël.

« Dorénavant, j’activerai les feux d’urgence lorsque je serai immobilisé sur des travaux », dit Alexandre, pour qui « la vie ne tient qu’à un fil ».

Partager cet article