Voie de contournement controversée à Port-Cartier

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 26 novembre 2014
Temps de lecture :

Des voix se sont élevées la semaine dernière après qu’un homme soit décédé lors d’un accident à la voie de contournement située entre Port-Cartier et Gallix. Le bureau régional du ministère des Transports du Québec (MTQ) a reçu plus de 70 plaintes, alors que la mairesse Violaine Doyle a proposé par lettre d’améliorer la sécurité du tronçon.

Le décès du conducteur originaire de Pointe-aux-Trembles a provoqué la colère de citoyens de la région, alors que le formulaire de plainte du ministère des Transports s’est propagé sur les réseaux sociaux. Vendredi, le bureau régional du MTQ confirmait avoir reçu 71 plaintes de citoyens concernant l’aménagement de cette voie de contournement.

«Aujourd’hui (mardi), j’ai écrit une lettre au directeur du bureau régional du ministère des Transports en lui demandant de prendre les mesures nécessaires pour augmenter la sécurité sur ce site-là, par de l’éclairage un peu plus loin, de façon à ce que les gens voient venir cet obstacle-là, parce que c’est vraiment inquiétant», a affirmé Mme Doyle.

«Il y a eu d’autres accidents sans perte de vie, mais là, ça devient vraiment inquiétant pour la sécurité», a poursuivi la mairesse. La lettre de Violaine Doyle recommande que le secteur soit plus éclairé et qu’il y ait plus de signalisations.

Analyses du ministère
Le ministère procède actuellement à des analyses pour évaluer si la configuration du secteur doit être modifiée, a expliqué Véronique Poulin, porte-parole du ministère. Selon Mme Poulin, il y a une procédure d’analyse de la part du ministère lorsqu’il y a accident mortel, «pour évaluer sur la configuration est en cause». Le ministère attendra aussi les résultats des enquêtes de la Sûreté du Québec et du bureau du coroner.

Le ministère des Transports avait noté à l’automne 2013 de la corrosion sur un ponceau en acier sur ce tronçon de la route 138 entre Port-Cartier et Gallix. À l’été 2014, une opération régulière de surveillance du réseau a permis de constater que le ponceau et le tronçon de route se sont affaissés. «On a dû faire des études hydrauliques et géotechniques. Le processus a été un peu plus long. On a validé, à ce moment, que cet affichage-là était aux normes», a expliqué Véronique Poulin.

Une structure de béton de plus de trois mètres devra être remplacée. Le ministère est allé en appels d’offres et espère exécuter les travaux l’été prochain «dans des conditions optimales».

(Photo : Steven Chapados)

Partager cet article