Manu Militari : Un grand nom du hip-hop québécois s’amène en ville

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 20 mars 2013
Temps de lecture :

Depuis plus de dix ans, l’auteur-compositeur-interprète, Manu Militari, occupe une place importante dans le milieu musical du hip-hop. Jusqu’à maintenant, il a lancé trois albums, dont son plus récent «Marée humaine» qu’il présentera le 23 mars à 20h au Centre des congrès de Sept-Îles dans le cadre des Oreilles dégourdies.

Depuis 2002, Manu Militari est actif dans le milieu musical du hip-hop. À ses débuts, il a fait partie du groupe «Rime organisée» jusqu’à la sortie de son premier disque «Voix de fait» en 2006. «En groupe, j’avais toujours l’impression d’être celui qui tirait tout le monde. Lorsque j’ai décidé de faire un projet solo, je n’avais pas l’intention de délaisser le groupe, admet-il. Cependant, suite au succès de mon premier disque, j’ai réalisé tous les avantages qu’il y a à faire carrière solo. J’ai aussi compris que certains des thèmes que je voulais aborder n’auraient pas pu l’être au sein d’un groupe.»

«Lorsque j’ai enregistré mon premier disque, j’étais dans un état d’esprit plus adolescent. Avec le second, j’ai adopté un virage vers le texte. Même si mon langage est cru, je ne tombe plus dans la vulgarité. Pour moi, ce serait tombé dans la facilité. Je ne recherche pas la qualité du français écrit, précise-t-il. Je suis plutôt dans l’optique du joual. Je m’adresse aux gens de la même façon qu’eux s’adressent à moi. Je ne suis pas Français, je suis Québécois et j’ai envie que ça transparaisse dans ma musique.»

Défier les codes
Pour cet auteur-compositeur-interprète, il ne fait aucun doute que le hip-hop est un vaste terrain de jeu et cela malgré ses codes. «Le hip-hop est comme les autres genres musicaux, c’est spécialisé. C’est une musique qui a ses codes. Si on en sort trop, il est possible qu’on soit rejeté par certains puristes, constate-t-il. Je me permets toutefois de le faire avec modération. Dans ma tête, je me considère surtout comme un parolier et non un rappeur. Je ne suis pas dans cet état d’esprit.»

Sur certaines de ses chansons, Manu Militari se permet d’avoir une influence plus musique du monde. «J’écoute beaucoup de musique du monde. J’aime en inclure dans ma musique. C’est ma mère qui m’a fait découvrir ce genre. J’ai aussi beaucoup voyagé. J’étais en Égypte également lors de la crise. J’en parle même dans certaines de mes chansons.»

Miser sur le vidéoclip
Un simple regard sur son site Web permet de constater que Manu Militari accorde beaucoup d’importance à ses clips qu’il considère comme un excellent outil de promotion. «Je fais ma promo à partir du clip. C’est là que je mets mon budget. Les gens en parlent et c’est là que j’arrive à me faire connaître. Il faut dire que je crois plus ou moins au pouvoir des affiches», affirme celui qui s’implique dans toutes les étapes de sa réalisation. À l’exception de «Voix de fait», c’est lui qui a choisi chacune des chansons qui ont fait l’objet d’un vidéoclip.

Une formule classique
Lors de son spectacle, Marée Humaine, Manu Militari se produira en formule trio puisqu’il sera accompagné de MC Stan et DJ Foo. «C’est un spectacle dans la plus pure tradition du hip-hop. Ceux qui m’accompagnent sont des amis de longue date. On se connaît bien. On a une chimie hallucinante. De plus, je suis convaincu que ceux qui aiment cette forme musicale sauront apprécier ma prestation. En spectacle, ça peut même être plus difficile à accepter pour certains», conclut-il.

Dans le milieu du hip-hop, Manu Militari est reconnu pour ses textes coup de poing. Il ne fait aucun doute que sa visite à Sept-Îles sera un incontournable pour les amateurs de ce genre musical. (Photo : courtoisie)

Partager cet article