Les Petites tounes: Coeur de rocker, coeur d’enfant

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 28 février 2012
Temps de lecture :

Depuis environ 15 ans, Les Petites Tounes amusent les enfants du Québec avec des chansons collées sur leur réalité. C’est que les musiciens du groupe travaillent dans le milieu de ce qu’on appelle «la petite enfance». Leur quotidien, ils le connaissent, et plus encore, ils savent comment les divertir.

Claude Samson est un vieux routier du rock québécois. À peu près tout le monde a déjà entendu sa guitare, lui fait partie des Vilains Pingouins (qui n’est pas mort, soit dit en passant). Néanmoins, durant une pause du groupe, il est retourné travailler dans le milieu des garderies, et c’est là qu’il a rencontré Carlos, le chanteur des Petites Tounes.

«Lui aussi était éducateur, et lui aussi était musicien. On jouait de la guitare pour les jeunes. On a composé une chanson pour ceux qui quittaient la garderie pour l’école, puis on a fini par composer une douzaine de chansons», raconte le guitariste. De fil en aiguille, le duo a enregistré un petit album maison, qu’ils vendaient autour d’eux, sans plus.

«À l’époque, il n’y avait presque seulement Carmen Campagne. On a vendu beaucoup d’albums, puis on s’est fait demander des spectacles.» Tout en visitant de nombreux festivals et écoles, le groupe s’est professionnalisé et a sorti un premier album en 2002, une compilation de ce qu’ils avaient composé les années précédentes. Depuis, trois autres albums ont été produits, dont le dernier qui leur a permis de mettre la main sur le Félix du meilleur album jeunesse.

Un vrai groupe
Les Petites Tounes se démarquent dans l’univers de la chanson pour jeune public. Qui d’autres qu’eux sont un véritable groupe, avec quatre musiciens – batterie, basse, guitares, voix. Les gars ont une attitude rock sur la scène, soutient Claude. Évidemment, la musique n’est pas du gros rock, ça demeure pour les enfants.

«Chacun a sa niche. Annie Brocoli est plus proche de Madonna dans son approche, nous on est plus rock, plus un comme un band. Pour plusieurs, ce sera leur premier show. C’est un spectacle qui très musical, on veut faire danser les enfants, les faire lever.»

Et comme pour tous les groupes, ça fonctionne parce qu’ils ont du plaisir ensemble. Plusieurs d’entre eux continuent de travailler dans le milieu des garderies, jouant les fins de semaine avec Les Petites Tounes. «On fait ça pour avoir du plaisir. C’est pour ça qu’on fait ça depuis 15 ans.»

À voir le 28 février à la Salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles, au Sous-sol de l’église de Havre-Saint-Pierre le 1er mars et au Graffiti de Port-Cartier le 2 mars.

Partager cet article