OBV Duplessis: Des drones pour la surveillance environnementale des cours d’eau

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques
OBV Duplessis: Des drones pour la surveillance environnementale des cours d’eau

Avec un territoire aussi vaste et peu accessible que l’Est de la Côte-Nord, l’utilisation des drones permettrait de mieux documenter les bassins versants de la région tout en diminuant les coûts d’échantillonnages. Cette technologie contribuerait à une gestion intégrée de l’eau dans la région.

En collaboration avec le Centre d’aide technologique aux entreprises (CATE) de la Côte-Nord, l’Organisme de bassins versants (OBV) de Duplessis souhaite utiliser des drones pour accomplir leurs mandats. «Il y a plusieurs applications ici à Sept-Îles, par exemple, industrielles», affirme Ghassen Ibrahim, directeur général de l’OBV Duplessis.

Les drones permettraient à l’organisme de faire de la «surveillance en environnement de certains lacs difficiles d’accès, de rivières où les berges sont abruptes, ou même une unité morphologique pas approchable», explique M. Ibrahim.

«On envoie le drone pour prendre des photographies et diminuer les coûts d’échantillonnage. C’est avenue très intéressante» – Ghassen Ibrahim.

Il est en effet possible de diriger le drone à distance pour qu’il se pose sur un plan d’eau et prélève un échantillon dans un endroit isolé. Cette façon de faire permet de sauver des coûts en transports et en assurance.

«Ce qui est intéressant avec cette organisation-là, c’est qu’ils mettent en place des technologies peu coûteuses. Ces des projets exportables, qu’on peut offrir», mentionne Daniel Desgagné, président du regroupement des OBV du Québec qui était dernièrement en tournée provinciale pour «voir les différentes facettes de toutes les régions du Québec», comme l’a dit Marie-Claude Leclerc, directrice générale du regroupement qui l’accompagnait.

Les deux visiteurs ont vanté la collaboration étroite entre l’OBV de Duplessis et la Ville de Sept-Îles. «Nous avons toujours eu une bonne collaboration, mais ce qui nous a permis d’accentuer et consolider l’association, c’est le plan intégré de protection et de conservation de l’eau potable (PIPC). La Ville a vu clairement dans notre mandat qu’on était à même de mener à bien ce mandat-là», explique Ghassen Ibrahim.

  • Qu’est-ce qu’un OBV? Les OBV ont pour mission d’élaborer et de mettre en œuvre un plan directeur de l’eau et d’en promouvoir et suivre la mise en œuvre, afin que les municipalités respectent la Politique nationale de l’eau, adoptée en 2002, et la Loi affirmant le caractère collectif des ressources en eau et visant à renforcer leur protection, adoptée en 2009.
  • C’est un peu comme une visite chez le médecin… «Si quelqu’un a mal au bras et que le médecin n’observe que le bras, il pourrait expliquer que c’est un tennis elbow. Mais s’il regarde la totalité du système (petite bedaine, 40-50 ans, cholestérol), le médecin soupçonnera un problème cardiaque», illustre Marie-Claude Leclerc.
  • Le plus grand territoire : L’OBV de Duplessis, c’est 104 bassins versants sur 164 000 km2 de Baie-Trinité à Blanc-Sablon, délimité au nord par Fermont. C’est le plus vaste territoire des 40 OBV du Québec.

 

Daniel Desgagné et Marie-Claude Leclerc, président et directrice générale du Regroupement des OBV du Québec, en compagnie de Ghassen Ibrahim, directeur général de l’OBV de Duplessis. (Photo Le Nord-Côtier)

Partager cet article