Les Respectables s’amènent sur la Côte-Nord pour leurs 25 ans

Photo de Louise Savard
Par Louise Savard
Les Respectables s’amènent sur la Côte-Nord pour leurs 25 ans
La tournée 25e anniversaire des Respectables sur la Côte-Nord se décline en trois soirées festives soit, au Café-théâtre Graffiti de Port-Cartier le 21 novembre, le lendemain 22 à la Salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles, pour se conclure à la Shed-à-Morue de Havre-Saint-Pierre, le vendredi 23 novembre.

Plusieurs d’entre nous auront souvenir des mégas succès que furent Amalgame, L’homme 7.00 Up et L’argent fait l’bonheur du groupe pop-rock Les Respectables, qui célèbre cette année ses 25 ans de carrière sur scène.

L’idée de cette tournée a germé tout doucement, raconte Sébastien Plante, chanteur et co-fondateur du groupe.

« La tournée du 25e a commencé d’abord dans les bars, puis on a fait quelques festivals, et maintenant on poursuit la fête dans les salles du Québec, ce qu’on n’avait pas fait depuis quelques années quand même ».

Il y a fort à parier que la fête se déclinera sous l’égide des grands succès qui les ont propulsés à l’avant-scène musicale à la fin des années 1990. « C’est vraiment un « best of », poursuit-il. Toutes les chansons connues des Respectables sont au programme. On n’amène pas les gens dans des grandes découvertes de nouveautés à part qu’on fait le nouveau « single » du nouvel album anglais dont on a tourné une vidéo cet été dans le désert du Nevada ».

The power of rock & roll vient tout juste de sortir au Québec, le groupe se promettant d’en faire la promotion en 2019 à travers le Canada.

Pour Les Respectables, chanter en anglais ne date pas d’hier. En 1993, le groupe sortait No dogs, no bands, leur tout premier album sous étiquette indépendante. Suivirent deux autres CD toujours dans la langue de Shakespeare.

Les temps changent

Alors qu’aujourd’hui, la musique francophone québécoise se débat à travers les multiples produits anglophones, pour Les Respectables, la reconnaissance s’est pointée en 1999 avec $=Bonheur, leur premier album francophone qui a connu un succès retentissant, lançant ainsi la carrière du groupe.

« L’enlignement des planètes était bon, renchérit le chanteur. À ce moment-là, dans le paysage de la musique francophone, on sentait un grand essor et le style était différent et je pense que c’est comme ça qu’on s’est démarqué ».

Choisir un nom

Quant à l’appellation Les Respectables, il faut remonter encore dans le temps, pour découvrir ce qui les avait inspirés.

« On cherchait un nom en anglais et le mot Respectables est sorti. Y’avait quelque chose de cool là-dedans, car on était plus jeunes, plus fous, plus provocants, plus rebelles. De se trouver un nom à double tranchant, car des gens respectables normalement ce ne sont pas des gens qui ont les cheveux longs et qui font du rock, je trouvais ça ironique et ça « fitait » bien avec ce qu’on voulait faire ».

Leur public 2018

Depuis quelques mois, sur scène avec Sébastien Plante, la tournée amène aussi Jean-Sébastien Chouinard guitariste, Stéphane Dussault bassiste et Stéphane Beaudin à la batterie, à se produire à travers le Québec. Après toutes ces années, leur public a-t-il changé? Ou tout simplement vieilli?

« C’est un public encore très jeune de cœur », affirme Sébastien, « car ça chante et ça bouge dans nos shows, mais on remarque qu’il y a plus d’une génération maintenant qui assiste à nos concerts, des jeunes de 18-20 ans qui en temps normal écouteraient quelque chose d’autres, mais ça s’adonne qu’ils connaissent nos chansons parce quand ils étaient petits ils les écoutaient avec leurs parents ».

D’ailleurs, leur disque Best of, regroupant principalement les grands succès du groupe, sera disponible lors des spectacles et par Internet uniquement sur le site du groupe.

La tournée 25e anniversaire des Respectables sur la Côte-Nord se décline en trois soirées festives soit, au Café-théâtre Graffiti de Port-Cartier le 21 novembre, le lendemain 22 à la Salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles, pour se conclure à la Shed-à-Morue de Havre-Saint-Pierre, le vendredi 23 novembre.

 

Partager cet article