IDM et DESI s’unissent pour maximiser l’approvisionnement local

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
IDM et DESI s’unissent pour maximiser l’approvisionnement local
Guillaume Bérubé et Marthe Nadeau sont les deux responsables de la stratégie d’approvisionnement local développée par Innovation et développement Manicouagan et Développement économique Sept-Îles.

Innovation et développement Manicouagan (IDM) et Développement économique Sept-Îles (DESI) ont décidé d’unir leurs efforts afin de créer une stratégie d’approvisionnement local sur l’ensemble de la Côte-Nord pour répondre aux besoins de la grande entreprise, appelée grands donneurs d’ordre dans le jargon du monde des affaires.

Le principal objectif de cette stratégie est d’augmenter de 10 % d’ici trois ans les retombées économiques régionales en lien avec les appels d’offres des grandes entreprises, a fait valoir le conseiller aux approvisionnements industriel chez IDM, Guillaume Bérubé, qui veut ainsi créer « une nouvelle dynamique » entre les donneurs d’ordre et les PME.  Ces retombées sont actuellement évaluées autour de 245 M$.

Les autres objectifs de cette stratégie sont de documenter les occasions d’affaires perdues ou manquées par les PME locales au fil des ans, d’identifier les pistes d’amélioration pour les PME et de favoriser les pratiques d’affaires favorisant la maximisation des retombées.

« Il y a un volume d’affaires pour lequel on pense, avec une meilleure prévisibilité, qui pourrait stabiliser la qualité des services que les PME offrent aux grands donneurs d’ordre », d’ajouter la consultante en matière de maximisation des retombées économiques locales chez DESI, Marthe Nadeau.

Cette stratégie débouchera sur un premier événement les 27 et 28 novembre, Rendez-vous GDO-PME, la première journée à Sept-Îles et la seconde à Baie-Comeau. Pour l’occasion, de grands donneurs d’ordre dévoileront leurs occasions d’affaires à venir pour 2020, autant en matière d’investissements que d’opérations courantes.

Les PME intéressées de l’ensemble de la région, incluant les communautés des Premières Nations, auront ainsi accès plus tôt aux appels d’offres à venir, ce qui leur permettra de se préparer pour une éventuelle soumission de leur part. « C’est différent que d’avoir trois semaines pour répondre à un appel d’offres », a fait remarquer Mme Nadeau.

Cette stratégie d’approvisionnement local dispose d’un financement de plus de 600 000 $ répartis sur trois ans. Outre les deux organismes dédiés au développement économique, on retrouve comme partenaires financiers Développement économique Canada, le ministère québécois des Affaires municipales et de l’Habitation, la Société du Plan Nord et le ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de