Havre-Saint-Pierre dit finalement non à l’uranium

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques

Lors du conseil municipal du 7 novembre dernier, Havre-Saint-Pierre a voté pour une résolution interdisant l’exploration et l’exploitation d’uranium sur le territoire de la municipalité. Par cette résolution, Havre-Saint-Pierre devient la neuvième et dernière ville à s’opposer à l’industrie uranifère en Minganie.

La résolution a été votée par les élus au même moment où une pétition signée par 1060 personnes, dont 614 Cayens, pour un moratoire sur l’uranium a été déposée par Minganie sans uranium. Le maire de Havre-Saint-Pierre, Berchmans Boudreau, estime toutefois que celle-ci n’a pas influencé leur décision. «On avait déjà mentionné en octobre que la décision était imminente.»

Le regroupement Minganie sans uranium salue la décision de la municipalité, mais s’explique mal pourquoi elle a pris deux ans après la première à avoir pris position sur l’uranium et un an après la dernière, Natashquan. M. Boudreau explique ce décalage par une période de réflexion. «On voulait avoir plus de temps pour répondre à nos questions.» Le maire précise du même souffle que le territoire de Havre-Saint-Pierre ne présentait très peu de potentiel pour l’uranium, de toute façon.

Le porte-parole de Minganie sans uranium, Claude Lussier, croit néanmoins que la pétition a pu influencer ou accélérer la décision. «Mais qu’importe comment ils ont pris la décision, c’est le résultat qui compte», considère M. Lussier.

Au tour de la MRC
La MRC de la Minganie attendait que toutes les villes aient pris une position avant de s’avancer elle-même sur le dossier. Berchmans Boudreau se montre prudent quant à la future position de la MRC. Minganie sans uranium souhaite maintenant que celle-ci s’enligne dans la même direction que les municipalités et interdise l’exploration et l’exploitation d’uranium, en particulier en dehors des zones urbaines. Claude Lussier estime qu’il faut inclure la protection des bassins versants et prendre position sur les déchets radioactifs. Selon le préfet de la MRC, Julie Boudreau, la MRC devrait voter une résolution lors de sa prochaine séance.

Rappelons que la société Uracan procède actuellement à l’exploration uranifère au nord de Baie-Johan-Beetz. Au moment de mettre sous presse, il a été impossible d’avoir les réactions de l’entreprise de la Colombie-Britannique.

Partager cet article