Automobile : Un Montréalais acquiert Ferro Ford

Photo de Fanny Lévesque
Par Fanny Lévesque
Automobile : Un Montréalais acquiert Ferro Ford

Une page d’histoire se tourne dans le milieu de l’automobile. Luc Lavoie et Yvan Flibotte, les propriétaires de Ferro Ford depuis 25 ans, ont vendu leur concession au Montréalais, Jacques Olivier Jr. Bien connu dans l’industrie, M. Olivier possède notamment Olivier Ford à St-Hubert, dont la tête d’affiche n’est nul autre que Carey Price, le gardien de but du Canadien de Montréal. Fort de son expérience, l’homme d’affaires de 44 ans espère écrire un nouveau chapitre à Sept-Îles, en poursuivant le développement de l’entreprise, déjà bien établie dans la communauté.

Les entrepreneurs septiliens, Luc Lavoie et Yvan Flibotte, préparaient leur retraite depuis quatre ans déjà, en cherchant un acheteur potentiel de leur concession. Ils étaient loin de croire que les choses allaient s’emboiter aussi rapidement lorsqu’ils ont rencontré pour la première fois, Jacques Olivier Jr. En quelques mois seulement, l’importante transaction a été conclue avec le Montréalais. «La première impression a été bonne, se souvient M. Flibotte. Il y avait vraiment une volonté des deux parties.»

«C’est ce qu’on appelle une transaction en or, dans le sens où il y a eu un respect mutuel, qui est encore présent d’ailleurs, dès le départ», renchérit le nouveau propriétaire, depuis le 2 novembre. M. Olivier n’hésite pas non plus à vanter le travail fait par messieurs Flibotte et Lavoie. «Ils peuvent être fiers de ce qu’ils ont accompli», laisse-t-il tomber, en rappelant qu’il voulait acquérir une concession en santé. «Ferro est en superforme, ils ont réussi à mettre du Ford sur la route», ajoute-t-il. «Ça paraît sur le chiffre d’affaires et sur le volume de vente de l’entreprise.»

Ce n’est d’ailleurs pas sans émotion que les Septiliens quittent leur «bébé», qu’ils ont fait grandir pendant 25 ans. «Il faut rappeler que nous avions acheté une faillite en 1989, raconte M. Flibotte. Je suis heureux de céder Ferro à des gens qui lui voient un bel avenir. Ce sera un changement de vie radical pour moi, mais je veux rester à Sept-Îles.» Le son de cloche est semblable chez son associé. «Je vais continuer à venir faire mon tour, précise M. Lavoie. Nous avons un grand attachement.»

Changements à venir
À court terme, le nouvel acquéreur souhaite notamment tabler sur les installations du commerce, qui a pignon au coin des rues Smith et Brochu. «Nous avons le choix d’agrandir ou de nous relocaliser, explique-t-il. Nous n’avons pas pris de décision et les deux options sont au même niveau.» M. Olivier entend également augmenter les activités de la place d’affaires située sur le boulevard des Montagnais, qui offre la vente de véhicules d’occasion. «Nous pourrions par exemple y orienter les travaux d’entretien mécanique mineurs pour désengorger le garage ici.»

Ferro Ford est aussi à la recherche d’un directeur de service, un commis aux pièces, un représentant et un directeur des ventes. Loin de se laisser décourager par la pénurie de main-d’œuvre qui affecte Sept-Îles, M. Olivier tente plutôt de faire preuve d’ingéniosité en mettant en place différents incitatifs, comme offrir 500$ à un employé de la boite qui lui recommandera quelqu’un qui sera engagé. «Il faut être proactif, être agressif, nous avons une obligation de succès», a-t-il lancé. Pour l’heure, Ferro Ford embauche 37 employés.

De père en fils
Jacques Olivier Jr. n’en est pas à ses premières armes en matière d’automobile. L’homme originaire de Longueuil avait 15 ans quand son père a fondé Olivier Ford. «J’ai fait tous les postes possibles, se souvient-il. J’ai aimé l’automobile dès le départ.» De fil en aiguille, il acquiert la concession de son paternel. Il achète aussi en 2010, St-Basile Hyundai. Sa fibre entrepreneuriale le mènera enfin jusqu’à Sept-Îles.

«Au départ, je trouvais ça un peu loin, avoue-t-il. Mais, en regardant de plus près, j’ai constaté que c’était vraiment une belle concession.» De plus, l’un de ses employés de confiance, Raymond Pineault, a accepté de le suivre dans son aventure en comblant le poste de directeur général. Sa belle-sœur, Anne-Marie Lacoste, déménage aussi à Sept-Îles pour travailler au sein de l’entreprise. M. Olivier reviendra quant à lui régulièrement dans la région.

Ferro Ford est un leader dans le milieu septilien de l’automobile. L’entreprise vend bon an, mal an quelque 500 véhicules neufs et plus d’une centaine de véhicules d’occasion.

Le directeur général de Ferro Ford, Raymond Pineault, les ex-propriétaires, Luc Lavoie et Yvan Flibotte, et le nouvel acquéreur, Jacques Olivier Jr. (Photo : Le Nord-Côtier)

Partager cet article