Après trois ans d’attente, les travailleurs de la SFPPN auront enfin leur régime de retraite

Photo de Karine Lachance
Par Karine Lachance
Après trois ans d’attente, les travailleurs de la SFPPN auront enfin leur régime de retraite
Les installations de la Société ferroviaire et portuaire de Pointe-Noire.

Une entente de principe est survenue au cours des derniers jours pour les 100 travailleurs de la Société ferroviaire et portuaire de Pointe-Noire (SFPPN) qui étaient sans régime de retraite depuis mars 2016.

Il aura fallu trois ans pour que la SFPPN et le syndicat des Métallos en viennent à une entente concernant le fond de pension des employés de l’usine de bouletage.

La partie syndicale avait d’ailleurs déposé une plainte et une audience devait se tenir devant le Tribunal administratif du Travail cette semaine. Le litige s’est finalement réglé par la négociation, à la grande satisfaction des syndiqués.

«La SFPPN s’était engagée à offrir un régime miroir à celui qui était en vigueur chez Cliffs avant la faillite. L’employeur a fini par honorer son engagement. C’est une bonne nouvelle pour nos membres qui voient enfin leurs droits respectés», a relaté le président de la section locale 6254 des Métallos, Robert Roy.

Pour sa part, le représentant syndical Dany Maltais trouve que cette entente est très satisfaisante et répond bien aux besoins des membres. Le régime de retraite comprend deux volets, soit une portion à prestations déterminées et l’autre à cotisations déterminées. Il sera rétroactif jusqu’à mars 2016, soit depuis que la SFPPN a racheté les installations de Cliffs/Mines Wabush.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier de