Anticosti: Les Innus demandent une injonction pour empêcher la fracturation

Photo de Éditions Nordiques
Par Éditions Nordiques
Anticosti: Les Innus demandent une injonction pour empêcher la fracturation

Les Innus de Ekuanitshit s’apprêtent à déposer une demande d’injonction pour empêcher les trois forages d’exploration par fracturation hydraulique prévus l’an prochain, selon Le Devoir. La communauté pourrait occuper l’île si l’injonction n’est pas accordée.

Le chef de la communauté d’Ekuanitshit, Jean-Charles Piétacho, se trouve présentement en Ontario pour un rassemblement de l’Assemblée des Premières nations. Les élus de la Minganie ont été mis au courant et ont appuyé le geste de la communauté innue. «On s’est parlé, on s’est concerté avec eux», a mentionné le préfet de la MRC, Luc Noël.

«C’est clair que nous on est contre les hydrocarbures dans la forme actuelle et de la façon que ç’a été accordé par le gouvernement», a mentionné le préfet. Luc Noël est choqué que le gouvernement agisse dans ce dossier «sans tenir compte de la population de la Minganie, sans tenir compte de la population autochtone». Il accuse le gouvernement «de faire ça en vase clos».

Le préfet reste prudent sur l’intention des Innus d’occuper l’île si l’injonction est rejetée. «On ne peut pas prôner la désobéissance civile, mais le gouvernement le mériterait avec la désinvolture dont il a traité le dossier. Il n’y aura pas de retour en arrière s’ils détruisent la rivière Jupiter», a affirmé M. Noël. Quant à savoir si des élus pourraient participer à une action d’occupation avec les Innus, «on verra ça en temps et lieu», a-t-il mentionné.

Présentement en mission en Europe, le premier ministre Philippe Couillard a mentionné à La Presse Canadienne qu’il comprend les préoccupations des Innus d’Ekuanitshit. Selon lui, la demande d’injonction est le résultat d’une «communication déficiente» de la part de Pétrolia, qui ne les aurait pas suffisamment consultés.

Luc Noël n’est pas impressionné par la réaction du premier ministre. Selon lui, avec l’annonce récente d’un surplus de près de 2 milliards $ en 2015, le gouvernement aurait les moyens de briser le contrat le liant à Pétrolia dans Hydrocarbures Anticosti. «Il va nous faire pleurer qu’il ne peut pas couper le contrat… C’est lui le grand responsable de cette destruction planifiée de l’île d’Anticosti», a tonné le préfet.

Injonction de Pétrolia

Pour sa part, Pétrolia y va aussi d’une injonction. La pétrolière demande à Investissement Québec et Saint-Aubin E & P de «respecter leurs engagements financiers envers» Hydrocarbures Anticosti. Ces deux entités sont partenaires de Pétrolia dans la compagnie en commandite pour l’exploration des ressources de l’île.

«Pétrolia et Corridor Ressources ont cédé à Hydrocarbures Anticosti tous leurs droits et permis d’exploration sur l’île d’Anticosti, en échange d’un investissement pouvant atteindre 100 millions $ de la part de Ressources Québec (Investissement Québec) et de Saint-Aubin pour financer le programme de travaux exploratoires», a annoncé Pétrolia.

Or, la société se dit incapable d’adopter le budget lui permettant d’amorcer les forages prévus cet été, puisque Investissement Québec et Saint-Aubin «négligent» de remplir leurs obligations financières. Les forages prévus cet été ne seront pas réalisés par fracturation hydraulique.

Partager cet article