Le vignoble du Domaine Côte du Nord persévère malgré une saison trop humide

Par Daniel Naud 12:05 PM - 01 septembre 2022
Temps de lecture :

Le viticulteur Adam Desbiens espère pouvoir lancer ses produits sur le marché en 2025.

Démarré il y a 10 ans, le vignoble du Domaine Côte du Nord, situé dans le rang 2 à Ragueneau, poursuit sa progression qui lui permettra d’offrir des vins de cépages nord-côtiers. Bien qu’il y ait encore quelques étapes à franchir avant que les premières bouteilles ne se retrouvent sur le marché, le viticulteur Adam Desbiens ne baisse pas les bras.

« C’est une saison un peu difficile cette année, comparativement à l’année passée, qui a été une super saison. Le printemps avait commencé très tôt et nous avions fini avec un deux à trois semaines de pluie. Cette année, ça a commencé un peu plus mollo, la neige est partie tard, et la vigne commence à travailler vers les 10 degrés (Celsius). Nous avons perdu 10 à 12 jours sur une saison normale sur la Côte-Nord », déplore M. Desbiens en jetant un regard sur ses 7 000 vignes.

Malgré une saison trop humide, les raisins commencent à prendre des couleurs, mais aussi à attirer les oiseaux. Des filets protecteurs doivent être installés.

Outre la période végétative écourtée, l’humidité a entrainé l’apparition de mildiou et l’oïdium, qui entravent la croissance. Certains traitements sont applicables, sauf qu’ils demandent beaucoup de temps au producteur et retardent la maturité du raisin.

« Nous avons déjà des signes de maladie, chose qu’on n’avait pas avant sur la Côte-Nord. Depuis l’automne passé que l’on commence à en avoir. J’ai traité deux fois depuis la semaine passée, avec de la chaux soufrée sur le feuillage. Ça retarde le raisin, déjà que les saisons sont courtes. Nous avons aussi fait un effeuillage assez sévère. C’est un choix pas de choix: soit que je traite et je retarde, ou soit que je ne traite pas et que je perds mes raisins », raconte-t-il.

En parallèle, M. Desbiens procède à divers essais. Il est d’ailleurs en train de mettre au point un vin gris, et projette de faire un porto de cassis.

Les vins actuellement produits au vignoble, soit le rosé et le vin gris en cours d’élaboration.

Le vin gris est construit à partir d’un raisin rouge que l’on fait macérer, ce qui lui donne une couleur plus claire qu’un vin rosé, avec des teintes orangées et grisâtres, et un peu plus de tanin.

Vers la mise en marché

Actuellement, le vignoble est en mesure de produire une tonne et demie de raisins et la production double chaque année. À noter qu’une tonne de raisins donne 1 200 bouteilles.

« L’objectif pour 2024 est de mettre toute la production dans des cuves de transformation pour le marché. Cependant, des investissements doivent être faits afin d’aménager un chai pour la vinification et tous les équipements qui s’y rattachent et être autorisés à la vente », lance M. Desbiens.

« Présentement nous sommes dans la recherche de financement. Il faut que l’on accélère le pas,car on va se retrouver avec trop de raisins. Les choses vont bien sauf qu’il nous manquerait des investisseurs pour environ 30 à 40 000 $ afin de démarrer, pour un projet total de 500 000 $. Le parrainage est une façon de nous aider », lance M. Desbiens.

Dans le meilleur des scénarii et avec un financement adéquat, les premières bouteilles seraient mises en vente au printemps 2025.

Partager cet article