École de hockey de Mani-utenam : Nicolas Meloche se dit content de revenir sur la Côte-Nord

Par Sylvain Turcotte 2:16 PM - 05 août 2022
Temps de lecture :

L’ancien du Drakkar de Baie-Comeau et défenseur des Flames de Calgary, Nicolas Meloche, était sur la glace le vendredi 5 août à l’école de hockey Jourdain-André-Pinette de Mani-utenam. Il est accompagné sur la photo des hockeyeurs du groupe élite et des instructeurs.

Après Nick Suzuki et David Savard, c’était au tour de Nicolas Meloche de débarquer à l’école de hockey Jourdain-André-Pinette de Mani-utenam. L’ancien du Drakkar de Baie-Comeau, qui a récemment signé un contrat avec les Flames de Calgary, était bien content de revenir sur la Côte-Nord.

Le défenseur de 25 ans trouve important de redonner aux jeunes. C’était la première fois qu’il s’associait à une école de hockey en région.

« C’est bien pour les jeunes de pouvoir regarder un athlète professionnel, ce qu’ils n’ont pas la chance de voir de près. On est là pour avoir du plaisir, jaser. Même pour un pro, le hockey est un jeu », souligne Meloche.

Cette expérience lui a rappelé sa jeunesse alors qu’il regardait des joueurs du junior majeur ou d’autres calibres, aussi banal que leur façon de boire de l’eau ou de mettre le « tape » sur leur bâton. « Ça marque », dit-il, enchanté par l’accueil reçu ici. « On est traité aux petits oignons. »

Retour apprécié

Nicolas, qui a évolué avec le Drakkar lors des saisons 2013-14, 2014-15 et 2015-16, n’était pas revenu sur la Côte-Nord depuis cinq ans, ayant rendu visite à sa famille de pension.

« Quand j’arrive sur la Côte-Nord, je me sens bien, la nature, l’eau. Ça fait du bien de sortir du cocon. »

Il ne retient que du positif de son parcours avec le Drakkar, l’équipe qui l’a repêché en 2013, et la formation pour laquelle il évoluait quand il a été un choix de deuxième ronde par l’Avalanche du Colorado en 2015.

« J’ai eu de belles années sur la Côte-Nord. Ma famille de pension était phénoménale. Je n’ai aucun côté négatif d’avoir joué pour le Drakkar », souligne-t-il.

Son seul regret : de ne pas avoir gagné les séries, notamment avec la défaite crève-cœur en quart de finale en 2015, au septième et ultime match, contre les Foreurs de Val-d’Or.

Nicolas revoit à l’occasion la scène qui a mené au but victorieux d’Anthony Mantha après que la rondelle ait pris une drôle de direction en touchant la tige de la baie vitrée. « J’espère que la tige a été changée depuis le temps. »

Nouveau départ

Meloche partira pour l’Alberta au début septembre, question de s’acclimater à son nouveau milieu et de faire connaissance avec ses nouveaux coéquipiers et le personnel des Flames de Calgary, club avec lequel il a récemment signé après avoir disputé un total de 57 matchs lors des deux dernières campagnes avec les Sharks de San Jose.

« C’est une belle équipe et on espère faire aussi bien que l’an passé et avoir de meilleures séries. »

Avec le départ d’Erik Gubdbranson, Meloche, qui veut continuer de maturer sur la glace et améliorer son potentiel, vise un rôle défensif à la ligne bleue, tout en jouant physique. Il espère jouer les 82 matchs. Il s’est d’ailleurs dit content de la signature de Jonathan Huberdeau.

Partager cet article