Le rêve éveillé de Brian St-Louis

Par Mikaël Lalancette 6:00 AM - 02 février 2022
Temps de lecture :

Brian St-Louis avec le trophée des champions du Championnat du monde de hockey junior 2020, à Ostrava, en République tchèque. Photo Mikaël Lalancette

« Le petit gars de Baie-Comeau qui est rendu aux Olympiques avec l’Équipe nationale du Canada. Tu ne peux pas demander mieux que ça! »

Brian St-Louis, le gérant d’équipement du Drakkar, flotte sur un nuage à l’aube du début des Jeux de Pékin en Chine. Quand on s’est parlé dans les dernières heures, il contemplait la beauté des Alpes suisses devant son hôtel à Davos, où a eu lieu le camp d’entraînement de l’équipe canadienne. 

J’ai vu l’excitation et la fierté dans ses yeux. Pour un employé d’une équipe junior, on peut difficilement demander mieux que de vivre les Jeux olympiques. « C’est l’équivalent d’une coupe Stanley, m’a dit Brian le sourire accroché aux lèvres. D’après moi, ça va prendre trois lignes sur mon cv! »

Après deux médailles d’or, une d’argent et une de bronze au Mondial junior et une médaille d’or au tournoi Hlinka-Gretzky, on ne peut que lui souhaiter l’or olympique. Au-delà des résultats, ce qu’il y a de plus précieux de ces expériences internationales, ce sont les amitiés tissées au fil du temps.

Comme il a beaucoup voyagé, Brian St-Louis en a développées plusieurs. Plusieurs des membres du personnel des équipes dans lesquelles il a travaillé sont devenus des amis. « On est comme des frères. On est là pour se féliciter quand ça va bien et pour s’encourager quand ça va mal. »

Au début de la pandémie en 2020, St-Louis et ses confrères se réunissaient, de façon virtuelle, pour se changer les idées. « On jouait aux cartes, on sirotait de la bière et on se comptait des histoires. Un jour, on s’est dit : “Ce serait le fun d’amener des invités spéciaux’’. [Le thérapeute du sport] Mike Burnstein a dit : “Je m’en occupe!’’ On a rencontré Joe Thornton. La semaine suivante, c’était Dany Heatley. »

Ces moments précieux, ils font partie des petits avantages qui viennent avec les longs voyages, loin des siens. Soyons honnêtes, c’est un sacrifice énorme de rater Noël et le Nouvel An pour le hockey. 

Ces amitiés sincères aident aussi à faire oublier des expériences plus difficiles, comme la défaite crève-cœur du Canada en prolongation contre la Finlande à Vancouver en 2019. Ou bien l’éprouvant tournoi à Ufa, en Russie en 2013, où Brian St-Louis s’est senti fatigué pendant près d’un mois à son retour au Canada.

Minutieux, il se met à rêver à une victoire en Chine. « L’ambiance autour de la chambre est incroyable! » s’emballe-t-il prudemment.

Bonne chance Brian!

L’étoile de la semaine à… tous les propriétaires de la LHJMQ d’avoir décidé de relancer les activités du circuit. La situation actuelle n’est pas évidente pour personne, mais c’était la meilleure chose à faire.

Deux minutes de pénalité aux… Canadiens de Montréal, qui continuent de s’enliser. L’équipe n’a plus de leaders et perd dans une relative indifférence. Pas rassurant du tout pour la suite…

Partager cet article