Course à la mairie de Port-Cartier: Alain Thibault promet de ne pas être «le maire de Pentecôte»

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 19 septembre 2017
Temps de lecture :

Alain Thibault

Connu durant ses deux mandats comme conseiller municipal pour défendre les projets et les enjeux du secteur de Rivière-Pentecôte, Alain Thibault espère convaincre la population qu’il ne sera pas «le maire de Pentecôte» s’il est élu, mais qu’il représentera toute la population «peu importe leur classe sociale».

«C’est dure de me dissocier des dossiers du secteur Pentecôte. Je les ai portés au conseil pendant huit ans», mentionne Alain Thibault. Il a néanmoins l’intention de convaincre la population «que tous les dossiers seront traités de manière responsable et équitable pour l’ensemble de la collectivité».

Ayant siégé au conseil durant les mandats de Laurence Méthot et de Violaine Doyle, M. Thibault affirme être «en mesure de comparer les deux (administrations) et de n’en conserver que le meilleur». Et cela passe, selon lui, par «respecter les élus en place, que ce soit à Port-Cartier, à Québec ou ailleurs afin de faire avancer les dossiers» de la municipalité.

«Ça n’a pas été un beau mandat»

S’il souhaite faire une campagne axée sur ses idées et non sur le bilan de Violaine Doyle, le candidat admet que «les dernières années» n’ont «pas été faciles». «Ça n’a pas été un beau mandat. Je ne veux pas faire subir ça à l’autre conseil», explique-t-il.

Alain Thibault se présente à la mairie comme candidat indépendant et affirme qu’il travaillera avec tous les conseillers, peu importe qui sera élu. «Je respecte la démocratie. Je veux travailler avec le monde qui sera là», mentionne-t-il. S’il est élu, le candidat souhaite que tous les conseillers se voient «attribuer des dossiers importants, ce qui sera pour eux une très grande source de motivation et aidera à entretenir un beau concept d’équipe».

Priorités

Parmi ses priorités, Alain Thibault souhaite «optimiser la gestion de la ville», «améliorer le service aux citoyens» et «assainir le climat de travail avec les employés municipaux» tout en maintenant la dette «à son plus bas niveau». «Je vais gérer la Ville de Port-Cartier comme une ville de 7 000 habitants et non comme une ville de 70 000 habitants», affirme-t-il.

Le candidat souhaite que la municipalité paie sa part de la mise aux normes du réseau d’eau potable et usée du secteur Pentecôte à même les futures redevances du parc éolien Apuiat de Pointe-aux-Anglais. Cette façon de faire permettrait, selon lui, de ne pas alourdir la dette de la municipalité. Rappelons que Port-Cartier est admissible à un programme de subventions qui ne laisserait que 17% des coûts à assumer pour la Ville.

Alain Thibault souhaite également «créer une attraction pour Port-Cartier et les environs» afin d’attirer les touristes. «Il faut se démarquer. Il faut que Port-Cartier devienne une destination vacances». Le candidat prévoit aussi «rétablir des liens» et «s’asseoir» avec la ministre des Affaires maritime, Jean D’Amour, concernant la réfection du quai municipal pour savoir s’il y a «encore un plan de match», sans quoi il faudrait «regarder les choses autrement». Il n’écarte pas une vente à un intérêt privé.

Partager cet article