Énergie: Trois millions d’investissements au Cégep de Sept-Îles

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 24 mai 2017
Temps de lecture :

La ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, accompagnée du directeur des études, Marc Lavoie, du directeur général, Donald Bherer et du président du conseil d’administration du Cégep de Sept-Îles, Alain Lapierre.

Québec et Ottawa versent 2,74 millions $ au Cégep de Sept-Îles pour l’optimisation énergétique des systèmes de chauffage de tous ses pavillons et l’amélioration de la résistance thermique de l’enveloppe extérieure de son bâtiment principal. Des changements qui permettront au collège des économies annuelles de 240 000 dollars.

C’est la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, qui a confirmé l’aide des gouvernements, mardi à Sept-Îles. En décembre, Ottawa et Québec ont annoncé des investissements de 385 et 345 millions $ pour les infrastructures de recherche des établissements postsecondaires de la province. Le Cégep touche 1,32 million $ du fonds fédéral et 1,42 million $ de l’enveloppe provinciale.

Un montant de quelque 202 600$ provenant de programmes d’efficacité énergétique du gouvernement et d’Hydro-Québec bouclera le financement total du projet, évalué à 2,94 millions $. Les investissements dans le système de chauffage et la résistance thermique du bâtiment central, des projets qualifiés de «novateurs», le Cégep pourra sabrer 240 000$ de ses dépenses par année.

«Ces économies-là qu’on dégage, ça nous permet de réinvestir dans nos infrastructures», s’est réjoui le directeur général du Cégep de Sept-Îles, Donald Bherer. «Ces argents-là, on va les mettre dans d’autres projets pour toujours maintenir nos actifs à la fine pointe. C’est très intéressant». M. Bherer n’a pas non plus raté de saluer la présence de Mme David avec qui l’équipe de direction a pu avoir de longs échanges.

Impressionnée
Hélène David a profité de l’annonce de mardi pour vanter «le dynamisme de l’équipe de direction» du collège et sa «vision très moderne» malgré son éloignement des grands centres. «Vous êtes certainement l’un des cégeps les plus inspirants que j’ai eu l’occasion de visiter», a louangé Mme David, confiant même que le collège était maintenant l’un de ses «coups de cœur».

«Il n’y a pas de projets chez vous qui ne m’ont pas impressionnée», a-t-il ajouté, soulignant au passage le défi quotidien des «cégeps en région éloignée» qui deviennent de «véritable moteur de développement socio-économique» dans leur région. Mme David a cité le travail du Cégep de Sept-Îles entre autres au chapitre du recrutement international et de l’éducation postsecondaire chez les Autochtones.

La ministre s’est aussi dite «sensibilisée» à plusieurs enjeux dont elle ne l’était pas avant sa visite. Elle promet notamment de porter à Québec l’idée d’encourager non seulement la mobilité interrégionale, mais aussi celle «intrarégionale» pour des régions comme la Côte-Nord où un étudiant peut parcourir jusqu’à 800 kilomètres pour fréquenter un établissement d’enseignement supérieur dans sa propre région.

Mme David s’est aussi dite ouverte à la mise en place d’un dispensaire urbain, un projet que caresse depuis plusieurs années le collège et qui permettrait de désengorger l’urgence de l’hôpital.

Partager cet article