Caisse populaire Desjardins: Une ristourne «collective» de 30 000$ à Port-Cartier

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 11 mai 2017
Temps de lecture :

La directrice générale de la Caisse populaire Desjardins, Michèle Gosselin et le président du conseil d’administration, Clermont Tremblay.

La Caisse populaire Desjardins de Port-Cartier choisit de verser sa ristourne de manière «collective» en injectant 30 000$ dans son Fonds d’aide au développement du milieu plutôt que de remettre un montant individuel à ses membres. Une façon d’accroitre, selon l’institution sa présence dans la communauté.

«On rajoute de l’argent pour les projets collectifs», assure la directrice générale de la Caisse populaire Desjardins de Port-Cartier, Michèle Gosselin. «De plus en plus, les caisses optent pour une ristourne collective», poursuit-elle. «Ce qui permet de mettre plus d’argent dans le milieu». Mme Gosselin souligne que la ristourne individuelle à l’échelle provinciale peut atteindre environ 20$ par membre.

En injectant 30 000$ dans son Fonds d’aide au développement du milieu, la Caisse pourra faire une plus grande différence dans sa communauté, croit-elle plutôt que de verser un petit montant d’argent à ses membres. À preuve, en 2016, la Caisse a investi 38 128$ dans diverses initiatives.

Le Regroupement CPE Côte-Nord, Scout Tombe Pile, Ressources de réinsertion Le Phare, Les fous de l’été et Tremplin vers le nord, sont tous des organismes qui ont pu bénéficier du soutien de la Caisse. En ajoutant les dons, commandites et bourses remises dans la communauté, la Caisse évalue son apport à 48 423$. La Caisse a aussi octroyé 638 «Avantages membres», ce qui représente aussi quelque 25 000$.

Contexte économique
Avant impôts et ristournes aux membres, la Caisse a enregistré des excédents de 158 000$. Un résultat moindre qu’en 2015 qui n’est pas étranger au contexte économique difficile à Port-Cartier, notamment après l’abandon par FerroQuébec de son projet d’usine de silicium. «Nos entreprises ont eu ça difficile cette année», a concédé la directrice générale.

Les pertes sont liées à la «juste valeur des instruments dérivés ainsi qu’aux provisions aux pertes sur prêts», peut-on lire dans le rapport annuel. «Il faut bien comprendre que les pertes sur prêt ne sont pas nécessairement réalisées, mais qu’il faut les provisionner», nuance Mme Gosselin. «Je n’ai pas d’entreprises tant que ça qui se sont retrouvées en difficulté (…) mais nous, il faut être prudent et faire la provision».

Les excédents demeurent positifs, un indicateur «de la saine gestion des affaires de la Caisse», a aussi ajouté le président du conseil d’administration, Clermont Tremblay. «Cette situation, que nous croyons passagère, n’a pas miné la volonté des administrateurs et des employés d’offrir un service de qualité», dit-il. La Caisse populaire Desjardins de Port-Cartier compte sur une équipe de 23 employés.

Partager cet article