La coqueluche frappe fort cet hiver dans la région

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 09 février 2017
Temps de lecture :
Sick woman cough in ved under blanket 462450237

(LE MANIC) La Côte-Nord est présentement aux prises avec une recrudescence de coqueluche alors que 26 cas ont été répertoriés, principalement dans la Manicouagan et à Port-Cartier.

Par Karine Boivin Forcier

Quelque 10 cas ont été confirmés par laboratoire et 16 autres ont été constatés cliniquement par un diagnostic du médecin depuis décembre dans la région. À l’habitude, seulement quatre cas de coqueluche sont répertoriés chaque année. Le dernier pic, qui remonte à 2013, avait touché 12 personnes.

«C’est la même chose qu’on note un peu partout dans la province actuellement. C’est quand même très contagieux, il suffit de quelques cas», indique la médecin-conseil en maladies infectieuses à la Direction de la santé publique de la Côte-Nord, la Dr Claudette Viens.

Les cas rapportés sur la Côte-Nord proviennent de tous les milieux, des garderies aux écoles secondaires en passant par les écoles primaires. La Direction de la santé publique surveille de près la situation et effectue une enquête autour de chaque cas afin de dépister les personnes plus vulnérables qui pourraient avoir été en contact avec le malade.

Très sévère

Si la coqueluche atteint surtout les enfants de 16 ans et moins, la maladie s’avère plus dangereuse chez les petits de moins d’un an. «C’est vraiment une maladie très sévère chez les jeunes enfants de moins d’un an. C’est une toux tellement sévère, il y a plus de décès constatés», précise la Dre Viens.

Les femmes enceintes au dernier trimestre de leur grossesse sont également surveillées, puisqu’elles peuvent transmettre l’infection à leur nouveau-né. «La période de contagiosité et de quintes de toux est assez longue. On parle d’une toux de deux à trois semaines. La coqueluche peut durer de six à 10 semaines. […] La période d’incubation est de sept à 10 jours, mais peut aller jusqu’à trois semaines», souligne la médecin- conseil.

Si la maladie commence comme un simple rhume, avec écoulement nasal, toux et température, la coqueluche évolue vers des quintes de toux de plus en plus sévères au fil du temps. Ces quintes de toux produisent un son caractéristique, comme un coq qui chante, et peuvent mener le malade à vomir.

Un traitement

«Le traitement est assez facile. C’est un antibiotique pour cinq jours. Ça diminue aussi la contagiosité. On est contagieux seulement cinq jours après le début du traitement, alors que c’est trois semaines sans traitement», révèle la Dre Viens.

Les enfants qui ont contracté la coqueluche doivent être retirés de la garderie ou de l’école jusqu’à la fin de la période de contagion.

La vaccination est également le meilleur moyen de prévenir la maladie. «On n’a pas un vaccin qui est bon à 100 %. […] On note que les gens qui ont été vaccinés ont souvent une coqueluche atténuée», mentionne la médecin-conseil.

Les parents d’enfants de moins d’un an, les femmes enceintes au dernier trimestre et les adultes en contact régulier avec des enfants devraient s’assurer que leur vaccination est à jour. En effet, un rappel du vaccin est nécessaire à l’âge adulte.

Partager cet article