Projet de résidence pour aînés: Une étude de marché est en cours

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 22 Décembre 2016
Temps de lecture :
Port-Cartier

Port-Cartier.

La Corporation de développement économique de Port-Cartier a mandaté une firme afin qu’elle réalise une étude de marché visant à évaluer si la construction d’une résidence privée pour personnes âgées serait rentable à Port-Cartier. Les résultats de cette étude devraient être connus à la fin du mois de janvier ou en février.

Les milieux politique et économique de Port-Cartier souhaitent la construction d’une résidence pour personnes âgées autonomes ou semi-autonomes, un service absent pour l’instant sur son territoire. Une telle résidence pourrait freiner le phénomène d’exode des aînés portcartois vers d’autres localités une fois à la retraite.

Selon la mairesse de Port-Cartier, Violaine Doyle, «le besoin est clair et est clarifié». Celle-ci a indiqué en octobre qu’un deuxième promoteur s’était manifesté pour construire une résidence à Port-Cartier. Une firme mandatée par la Corporation de développement économique mène actuellement une étude de marché afin d’évaluer la rentabilité d’un tel service dans la municipalité. Les résultats de cette étude sont attendus d’ici février prochain.

Consultation

Le printemps dernier, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord a mené une consultation auprès des personnes âgées, des aidants naturels et de personnes ou groupes œuvrant auprès d’eux afin d’en apprendre plus sur leurs «attentes à l’égard des services de soutien à l’autonomie». Cette consultation «découlait d’une demande du milieu socioéconomique de Port-Cartier en lien avec la mise en œuvre d’un projet de résidence pour aînés», indique le CISSS.

Le promoteur du projet souhaitait que l’agence de santé s’y associe en y transférant les 14 places en ressources intermédiaires actuellement situé à la Villa Port-Cartier et en créant 11 places additionnelles. Après avoir mené la consultation, le CISSS «considère que le nombre de places en ressources intermédiaires répond aux besoins actuels et futurs».

Il «importe» cependant de «développer d’autres types de services résidentiels», mentionne le CISSS en misant entre autres sur le soutien à l’autonomie. «Notre objectif prioritaire, c’est de garder les gens le plus longtemps possible à la maison», a mentionné Pascal Paradis, porte-parole au CISSS.

Exode des aînés

Cette conclusion de l’agence de santé démontre la pertinence d’un projet de résidence privé, même si le CISSS écarte l’ajout de places en ressources intermédiaires, selon Violaine Doyle. La consultation vient «confirmer les 14 places existantes en ressources intermédiaires», auxquelles pourraient s’ajouter six autres places pour «d’autres services», par exemple pour de l’hébergement temporaire ou pour une clientèle plus jeune ayant des limitations physiques ou psychologiques.

Comme c’est le cas pour d’autres municipalités dans la région, des gens qui ont travaillé et vécu à Port-Cartier déménagent dans d’autres localités une fois à la retraite, et ce, alors qu’il n’y a pas de résidence privée pour une clientèle autonome ou semi-autonome. «Les aînés de Port-Cartier veulent rester à Port-Cartier. C’est très crève-cœur pour eux de devoir partir», avait mentionné l’été dernier Mme Doyle. La Corporation de développement économique déplorait quant à eux «une perte du tissu social» avec ces départs. Une partie des logements d’une résidence privée pourrait être accessible à des personnes à faible revenu par le biais d’un programme comme AccèsLogis.

Partager cet article