Le CAB se dit victime «d’une campagne de salissage»

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 18 novembre 2016
Temps de lecture :
CAB

Les anciens bureaux du Centre d’action bénévole.

Le Centre d’action bénévole (CAB) de Sept-Îles se dit «victime d’une campagne de salissage» et affirme subir les «contre-coups» d’actes «maladroits». L’organisme renvoie la balle au CISSS de la Côte-Nord qui a décidé cette semaine de révoquer son financement en raison d’irrégularités dévoilées dans une vérification comptable.

Le CAB affirme qu’il n’avait plus les liquidités pour le paiement de ses employés parce que le CISSS lui devait «près de 20 000$» pour «la gestion de ses divers services». Selon l’organisme, une «régularité» des paiements par le CISSS aurait «évité bien des problématiques». «Le réseau (de la santé) nous demande d’offrir des services et c’est au communautaire que revient le fardeau d’assumer les coûts jusqu’au paiement des sommes dues», déplore le CAB.

Le Centre d’action bénévole affirme qu’il «n’était pas en difficulté financière» et qu’il «n’a pas l’intention de fermer ses portes». L’organisme déplore que le réseau de la santé «impose des politiques et des procédures» aux organismes communautaires «sans toutefois leur donner le financement et l’encadrement adéquat pour être en mesure de les appliquer».

Le CAB affirme que c’est le CISSS qui a été négligent «dans son encadrement et dans le soutien apporté» en n’imposant plus la présence d’un membre du réseau de la santé sur le conseil d’administration en 2015. Finalement, l’organisme déplore que la décision de révoquer son financement ait été prise «sans avoir laissé la possibilité au CAB de justifier ou corriger les faits reprochés».

Partager cet article